1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Séparatismes : Pécresse souhaite casser "les ghettos urbains"
1 min de lecture

Séparatismes : Pécresse souhaite casser "les ghettos urbains"

Ces "ghettos (...) favorisent l'entre-soi, le repli communautaire et l'endoctrinement", a estimé présidente de la région Île-de-France.

Valérie Pécresse, le 30 septembre 2020
Valérie Pécresse, le 30 septembre 2020
Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Marie Gingault & AFP

"On n'éradiquera pas l'islamisme si on ne casse pas les ghettos urbains" a estimé Valérie Pécresse dans un entretien accordé au JDD. La présidente de la région Île-de-France a également dénoncé un "séparatisme urbain".

Ces "ghettos (...) favorisent l'entre-soi, le repli communautaire et l'endoctrinement", a déclaré l'élue ex-LR, considérée comme une possible candidate de la droite à la présidentielle de 2022. "Devant ce séparatisme urbain, le gouvernement détourne la tête", a-t-elle dénoncé, regrettant que "l'amorce d'une réflexion sur la banlieue il y a deux ans, avec le plan Borloo, a été tuée dans l'oeuf".

Interrogée sur un éventuel lien entre "terrorisme et immigration", Valérie Pécresse a estimé qu'"il faudrait être aveugle pour ne pas (le) voir". "L'assassin de Samuel Paty était tchétchène. L'attentat de Nice a été commis par un Tunisien en situation irrégulière. Mais des jeunes Français grandissent aussi dans la haine de leur pays", a toutefois souligné la présidente de la région Île-de-France. "L'ennemi, c'est l'islamisme, lié à l'islam politique, cette idéologie qui lave le cerveau de Français et de migrants et les pousse à prendre les armes contre la France", poursuit-elle dans le JDD.

Le projet de loi contre les séparatismes, souhaité par le président Emmanuel Macron, est en gestation depuis maintenant plusieurs mois. Celui-ci, qui vise à lutter contre le séparatisme et l'islam radical, doit être présenté en Conseil des ministres mercredi 9 décembre. Parmi les mesures qui devraient y figurer, on retrouve l'enseignement obligatoire à l'école dès l'âge de 3 ans, la neutralité des services publics ou encore le contrôle renforcé des associations et organisations des cultes sous "l'esprit initial" de la loi de 1905.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/