1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Seine-Saint-Denis : trois fêtards victimes d'une violente agression homophobe
2 min de lecture

Seine-Saint-Denis : trois fêtards victimes d'une violente agression homophobe

Au sortir d'un rassemblement festif, trois jeunes hommes ont été victimes d'une agression à caractère homophobe ce dimanche 23 juillet en début de soirée à Saint-Denis en Seine-Saint-Denis (93).

3 jeunes ont été agressés en sortant d'une fête à Saint-Denis
3 jeunes ont été agressés en sortant d'une fête à Saint-Denis
Crédit : Claire Série / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Romain Giraud

Alors que SOS Homophobie a récemment déploré une montée des actes anti-LGBT, trois jeunes ont été victimes d'une agression à caractère homophobe ce dimanche 23 juillet. Ces derniers ont été violemment pris à partie rue du Port, à Saint-Denis, dans le département de la Seine-Saint-Denis, par près d’une trentaine d’hommes, raconte un témoin : "les coups pleuvaient dans tous les sens. 


D'après Le Parisien, qui révèle cette affaire, les faits se sont déroulés dès 20h15, les trois victimes, âgées de 24 à 28 ans, sortent du 6b, "parmi les premiers", pour rejoindre la gare RER de Saint-Denis. Au départ, cinq individus les interpellent, "sans doute à cause de nos tenues, qui attiraient l’œil", avant d’être rejoints par de plus en plus d’hommes âgés d’environ 30 ans. Au final, une trentaine de personnes, d’après les témoins, les encerclent.

C'est alors que le cauchemar commence, une "déferlante de coups" et d’insultes homophobes se serait alors abattue sur les victimes. L'une d'entre elles, en particulier, aurait "fini en sang, le coude ouvert, le dos ensanglanté et le visage criblé d’hématomes". "Impossible de raisonner" les agresseurs, raconte ce même témoin, impuissant face à "tant de rage et de haine". 

Les agresseurs ont fini par reculer, effrayés, par le chien d'un passant qui est intervenu, un malinois. Les victimes, traumatisées compteraient désormais porter plainte contre leurs agresseurs et ne comprennent pas que la police, pourtant contactée à deux reprises, ne soit pas intervenue. Une affirmation démentie par la préfecture de police qui assure que ses services "n’ont pas été contactés ni avisés de cette agression". Elle invite d'ailleurs "les victimes à déposer plainte".

Les associations continueront d'organiser des fêtes

À lire aussi

Plus tard dans la soirée, les fondateurs des deux associations organisatrices de l’évènement, L’Esprit Léger et Sœurs Malsaines, ont eux aussi été agressés par une dizaine de jeunes, âgés de 9 à 18 ans environ. Ces derniers, auxquels l’accès à la soirée avait été refusé du fait de leur âge, sont rentrés sur les lieux du 6b une fois les agents de sécurité partis. Proférant des "propos haineux et homophobes" d’après deux victimes, ces jeunes ont d'ailleurs détruit l’arche décorée d’un arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBTQI+.

Le fondateur de L’Esprit léger dit hésiter à porter plainte. L’association Sœurs Malsaines ne compte quant à elle pas porter cette agression en justice : elle dit s’inscrire dans une dynamique de "médiation, d’éducation et de sensibilisation. "On continuera à faire des événements à Saint-Denis et dans le 93, affirme de son côté le fondateur de L’Esprit léger. Partir serait un aveu d’échec" affirme-t-il. 

La ville de Saint-Denis compte également continuer à "faire beaucoup en termes de prévention, et ce particulièrement dans le milieu scolaire, afin de lutter contre les stéréotypes de genre et de sexualité dès le plus jeune âge", notamment en partenariat avec la Mission Droits des femmes. En mai dernier, le conseil départemental de Seine-Saint-Denis avait signé une convention LGBT en partenariat avec Flag, l’association LGBT des personnels du ministère de l’Intérieur, visant à signaler les actes homophobes.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/