1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Retraites : les pensions du privé en apparence relevées, sont en réalité baissées
2 min de lecture

Retraites : les pensions du privé en apparence relevées, sont en réalité baissées

Avec une augmentation des retraites complémentaires nettement inférieure à l'inflation, les gestionnaires de l'Agirc-Arrco réduisent discrètement les revenus des retraités pour rééquilibrer le système.

Retraites (image d'illustration)
Retraites (image d'illustration)
Crédit : Joël SAGET / AFP
Comment les revenus des retraités sont baissés discrétement
03:21
Comment les revenus des retraités sont baissés discrétement
03:21
François Lenglet - édité par Victor Goury-Laffont

Les retraites complémentaires des salariés du privé seront bien revalorisées, mais de 1% seulement. Dans le même temps, l’inflation à 1,5% sur 2021 (établie par l’Insee pour l’instant) menace d’accélérer sensiblement, notamment à cause de l’envolée des prix de l’énergie. Si on dit les choses comme elles sont, cela veut dire que les retraités du privé vont perdre en pouvoir d'achat.
 
Une retraite complémentaire, c’est une partie de la pension qui s’ajoute au montant de la retraite dite de base, versée par la sécu. Tous les salariés du privé cotisent obligatoirement à une caisse complémentaire, l’Agirc-Arrco, qui n'est pas gérée par l’État, mais par les partenaires sociaux. Cette retraite complémentaire est loin d’être anecdotique, elle représente la moitié de la pension, et les deux tiers pour les cadres. C’est dire si la sous-indexation par rapport à l’inflation va peser sur les revenus des retraités.
 
Ce tour de vis intervient pour éviter une détérioration des comptes de l’Agirc-Arrco à cause de la crise sanitaire. En fait, la réforme des retraites a commencé, mais pas du tout de la façon dont on l’attendait. Ce ne sont pas les classes les plus jeunes qui payent en voyant leur durée de carrière augmenter, mais les retraités qui voient leurs revenus rognés. Et l’inflation qui pointe va probablement accélérer le mouvement, car la hausse des prix est toujours le moyen de corriger des écarts qui ne sont pas tenables.

Une baisse de 1% au moins

Le fond du problème, c’est que la promesse implicite de revenus faite aux retraités actuels et aux futurs retraités n’est pas tenable financièrement. Aux conditions actuelles, avec un départ à 62 ans, le système explose à cause du déséquilibre démographique et de la croissance trop faible de notre pays. 

Il y a trois façons d’ajuster. Creuser la dette : on l’a fait pour le régime de base, on est au bout de cet expédient. Allonger la durée de cotisations : le gouvernement a raté son coup. Reste la baisse du revenu des retraités, ce qui est mis en œuvre. 

L’inflation permet de le faire sans le dire. En apparence, on revalorise les pensions, de 1%. En réalité, on les baisse, de 1% au moins, à cause de la hausse des prix : c’est l’illusion monétaire. C’est exactement ce que nous faisions avant l'Euro avec les salaires. 

Une technique ancienne

À écouter aussi

Regardez mai 68 : pour éteindre le mouvement social, les accords de Grenelle augmentent massivement les salaires. Dès l’année suivante, en 1969, on dévalue le franc, et l’inflation repart. Le bénéfice de la hausse des salaires est annihilé en quelques mois. On a fait exactement la même pirouette en 1981, avec l’arrivée des socialistes, qui augmentent le Smic de 10% et dévaluent derrière.
 
C’est la plus vieille technique du monde. Pour en revenir à nos pensions, le niveau de vie des retraités est aujourd’hui supérieur, en moyenne, à celui des actifs. C’est intenable, on ne peut pas financer cela. La génération des 60-69 ans est celle où le taux de pauvreté est le plus faible de toutes les classes d’âges. L’inflation va sans doute permettre de rééquilibrer le partage des richesses entre les générations. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/