1 min de lecture Coronavirus

Retour à l'école le 11 mai : le Défenseur des droits contre le principe du volontariat

Jacques Toubon estime que le plan de déconfinement esquissé par le gouvernement pourrait creuser les inégalités entre les enfants.

Des écoliers sur le chemin de l'école en France (illustration)
Des écoliers sur le chemin de l'école en France (illustration) Crédit : GILE MICHEL/SIPA
Félix Roudaut
Félix Roudaut
et AFP

Les crèches, écoles, collèges et lycées doivent réouvrir "progressivement" à partir du 11 mai 2020, comme l'a annoncé Emmanuel Macron le 13 avril dernier. Une décision qui n'a pas manqué de susciter l'inquiétude dans les rangs des syndicats enseignants, qui ont souligné le "grand flou" des conditions de reprise. Et les professionnels de l'éducation ne sont pas les seuls à se préoccuper du déconfinement des établissements scolaires, à l'image du Défenseur des droits.

Jacques Toubon voit d'un bon œil le retour en classes, car la parenthèse éducative imposée par la pandémie de Covid-19 a creusé les inégalités "sociales, culturelles, économiques, qui frappent particulièrement les enfants considérés comme pauvres ou très pauvres". 

Il se désole toutefois que la priorité ne soit pas suffisamment donnée à ces "enfants défavorisés ou décrochés".

L'ire de Jacques Toubon

Le Défenseur des droits est particulièrement réticent au principe du volontariat envisagé par le gouvernement : "Ça donne l’impression que ce sont les familles qui ont le moins besoin de l’école qui vont pouvoir tranquillement décider si c’est plus confortable d’aller à l’école que de rester confinés", a-t-il assuré dimanche 26 avril sur les ondes d'Europe 1.

À lire aussi
Des enfants portant un masque (illustration) épidémie
Tests salivaires autorisés : "Un progrès important", se réjouit un pédiatre

Reprise étalée sur trois semaines selon les niveaux, possibilité pour les parents de refuser d'amener leur enfant à l'école... Depuis une semaine, l'Élysée, Matignon et la rue de Grenelle ont évoqué des scénarios plus ou moins précis de retour à l'école. Le Premier ministre Édouard Philippe devra trancher mardi 28 avril entre les différentes hypothèses envisagées dans un discours très attendu devant les députés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Éducation nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants