4 min de lecture Réfugiés

Réfugiés : l'Allemagne cherche à "remettre le bouchon sur la bouteille"

REPLAY - Les autorités allemandes ont rétabli les contrôles aux frontières après un afflux massif de migrants en Bavière.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Réfugiés : l'Allemagne cherche à "remettre le bouchon sur la bouteille" Crédit Image : Maxime Villalonga | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

"Je ne vois pas comment on va pouvoir remettre le bouchon sur la bouteille". Le Premier ministre de Bavière Horst Seehofer signe la terrible confidence. "En matière de bouteilles, les Bavarois  sont champions", écrit ce matin l'envoyé spécial de Libération à Munich. La ville a accueilli tant bien que mal 63.000 personnes depuis le 31 août, 13.000 sur la seule journée de samedi. Plus possible de trouver des lits, certains réfugiés dorment sur des tapis de sol  et des habitants apportent des sacs de couchage.

Les autorités envisagent maintenant d'ouvrir des installations olympiques. Le maire socio-démocrate de Munich se demandait hier comment éviter le chaos, précisant qu'il "n'est plus possible de recevoir chaque jour l'équivalent d'une petite ville". Il appelle les autres Lander a en faire plus. Ici Angela Merkel subit les critiques de son propre camp, la CSU qualifiant le geste de bienvenue de la chancelière la semaine dernière d'erreur de jugement sans précédent.
 
Les agents de l'office français de protection ont eux postés à l'entrée du parc des expositions. Hier ils ont convaincu 500 personnes de demander asile en France. "C'est compliqué de les informer , ils ont quitté la Syrie ou l'Irak avec l'idée de venir en Allemagne, pas en France. Ils ont la surprise de voir cette proposition et doivent réfléchir rapidement alors qu'ils sont en plein chaos". La mission des officiers français  à Munich s'achèvera a la fin de la semaine, pile au moment de l'ouverture de la fête de la bière. Alors ce dimanche 13 septembre, Angela Merkel a essayé de remettre le bouchon sur la bouteille.

Rétablissement des contrôles aux frontières

L'Allemagne rétablit le contrôle aux frontières titre Le Figaro,  Berlin ferme sa frontière s'exclame l'est républicain, "La fête est finie, après deux semaines de folie , l'Allemagne prend soudainement peur" écrit Le Monde.
 
"La parenthèse enchanteresse de 'Mama Merkel' ouvrant les bras de l'Allemagne à tous les réfugiés syriens demandeurs d'asile est terminée", résume Dominique Garraud dans La Charente Libre. Mme Merkel, "a dû capituler devant la réalité : son pays est au bord de la rupture et l'opinion risquait de ne plus la suivre", écrit Pierre Frehel dans Le Républicain Lorrain.

Voici donc l'Europe à la merci des brusques coups de volant de "Mutti Merkel"  comme l'écrit Mathieu verrier dans La Voix du Nord. Voici surtout comme le titre Libération "l'Europe fracturée". L'Europe qui "doit s'entendre d'urgence" titre Ouest France. "L'Europe dépassée" en une de l'Opinion qui se désole de constater que "les 28 sont toujours en retard d'une réponse dans la crise des réfugiés. En Allemagne comme en France le vent commence a tourner."

Un "rêve européen" en question

À lire aussi
Des femmes yezidies, en Irak, en août 2019 (Illustration) réfugiés
Comment se passe l'accueil des femmes et des enfants yezidis en France ?

C'est aussi ce que dit Nicolas Baverez dans Le Figaro : "Il en va des réfugiés  comme de la crise financière, l'europe a voulu fermer les yeux  avant d'agir trop peu et trop tard. C'est un test décisif pour l'Europe. Dans le prolongement de la chute du mur de Berlin, les migrants nous rappellent qu'il existe un rêve européen mais aussi que ce rêve ne survivra que pour autant que les européens restent prêts à travailler, à défendre leur liberté et à rester unis."

La Croix évoque également "Une épreuve pour l'Europe". Pour Dominique Greiner, "cette crise nous pousse dans nos retranchements,  mais ce n'est pas en nous retranchant derrière nos frontières que nous ferons face a notre responsabilité historique."

Un salon controversé à Pontoise

Le "salon de la femme musulmane" se tenait tout le week-end près de Paris. Si la presse en parle ce matin, c'est pour montrer la photo de ces deux Femen seins nus qui ont débarqué pendant une conférence sous l'oeil goguenard de deux imams qui étaient sur scène. Les deux militantes ont été évacués sans ménagement,  après qu'elles ont perturbé une conférence ayant pour thème "Faut-il ou non battre sa femme". Alors on a cherché ce matin des articles qui s'indigneraient non pas de la façon dont les Femen ont été maltraités mais plutôt des sujets de ce salon, et en fait c'est le Huffington Post qui s'y était intéressé vendredi pour dénoncer un salon raciste et misogyne, les thèmes des conférences étaient annoncés sur le site internet des organisateurs.

Le Huff Post a même téléphoné a la mairie de Pontoise pour s'en émouvoir. La mairie a rappelé qu'elle n'avait pas à intervenir dans l'accord liant deux sociétés commerciales (l'organisatrice du Salon et la société qui exploite le parc des Expositions. Par ailleurs, à moins d'un risque de trouble à l'ordre public, la préfecture du Val d'Oise n'était  pas fondée  à interdire ce rassemblement.

L'hommage à Claire Chazal dans les dernières grandes unes de "L'Equipe"

Le journal sportif s'apprête a passer au format tabloïd vendredi. Alors d'ici là, L'Équipe a décidé de publier les plus grandes unes qui feront la joie des collectionneurs qui auraient perdu le numéro ou qui ne l'avait pas trouvé en kiosque. Ce matin c'est la une du 13 juillet 1998, les bleus champions du monde,  la fameuse une avec le titre " pour l'éternité" et le fameux édito de Jérome Bureau qui commençait ainsi "Plus rien ne sera jamais comme avant".
 
C'est aussi ce que notent bon nombre de vos journaux au lendemain du dernier 20h de Claire Chazal. Les mots qui reviennent le plus souvent sont sobriété , dignité. Ceux qui attendaient des larmes en sont pour leurs frais note Le Parisien.  Des adieux classieux écrit lemonde.fr ce matin qui note que Claire Chazal est restée  imperturbable, souriante et n'a pas buté sur le moindre mot.

Mais le plus bel hommage  à Claire Chazal ce matin, il est en fait dans L'Equipe. Ce n'est pas un article, mais une publicité en page 7 pour une marque de voiture. Le nouveau slogan de cette marque est " prendre un virage". La pub affiche un simple message , "Hier Claire a pris un virage, et si vous en faisiez autant". Chazal avait déjà une chanson de fin de banquet, elle a désormais une pub ou son seul prénom suffit.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réfugiés Allemagne Migrants
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants