3 min de lecture Économie

Quelle est la différence entre raréfaction du travail et raréfaction de l'emploi ?

ÉCLAIRAGE - Si Benoît Hamon base une partie de son projet économique sur la théorie de la "raréfaction du travail", des économistes préfèrent parler de "raréfaction de l'emploi".

Un salarié dans son entreprise (image d'illustration)
Un salarié dans son entreprise (image d'illustration) Crédit : DENIS CHARLET / AFP
Philippe Peyre
Philippe Peyre

L'essor considérable du numérique entraîne-t-il une raréfaction du travail ? C'est l'argument phare de Benoît Hamon pour justifier l'instauration d'un revenu universel d'existence. Mais le travail va-t-il devenir aussi rare que l'affirme le candidat à la primaire de la gauche ? Les économistes sont loin d'être unanimes, certains d'entre eux préférant parler de raréfaction de l'emploi.

Pour bien comprendre les enjeux autour de cette question, il faut faire la distinction entre travail et emploi. Comme le définit le Larousse, travailler signifie que l'on exerce une "activité professionnelle régulière et rémunérée". La notion d'emploi correspond, elle, à l'activité que l'on exerce dans le cadre d'un travail. Le cas des caissiers remplacés par des caisses automatiques est un bon exemple. Ces personnes constatent la disparition progressive de leur emploi mais cela ne veut pas dire pour autant qu'ils sont condamnés à ne plus jamais travailler.

L'économiste Joseph Schumpeter avait dès le début du XXème siècle théorisé cette situation au travers du concept de "destruction-créatrice". Les emplois qu'une innovation technologique détruit sont remplacés par de nouveaux emplois que cette même technologie permet de créer. Le think tank France Stratégie, dans une étude publié en 2016, a relevé que si 200.000 postes de secrétaires ont disparu en France depuis 1990, 250.000 postes d'ingénieurs et cadres de l'informatique et des télécoms ont fait leur apparition sur la même période. "L'inventivité humaine, sans limite, a su trouver de nouvelles activités. Ce sont sont les emplois qui disparaissent à cause de la technologie mais pas le travail", assure François Lenglet, éditorialiste économique de RTL, dans sa chronique du jeudi 26 janvier. 

À lire aussi
Une boutique parisienne propose des rabais à l'occasion du Black Friday. consommation
Black Friday : quelles enseignes participent à l'opération en 2018 ?

Vers des emplois plus qualifiés

En mai 2016, un rapport des économistes de l'OCDE, cité par Benoît Hamon lors du dernier débat de la primaire, a indiqué que 9% des emplois en France, soit 2,44 millions de postes, présentent un "risque élevé de substitution" par des robots. Un constat nuancé par certains économistes, qui avancent toutefois que "selon certaines estimations, chaque emploi créé par le secteur de la haute technologie entraîne la création d'environ cinq emplois complémentaires". Néanmoins, l'OCDE ne veut pas sous-estimer pas l'impact de la révolution numérique et ajoute que près de 30% des travailleurs français devront affronter une modification de la nature de leur emploi. "Ces emplois seront réorganisés en profondeur et les travailleurs devront s'adapter aux changements", expliquent les économistes de l'Organisation.

Selon le président du Forum Économique mondial, Klaus Schwab, il devient impératif pour les États de préparer leur main-d'oeuvre aux bouleversements entraînés par la révolution numérique. "Sans une action urgente et ciblée dès aujourd'hui pour gérer cette transition à moyen terme et créer une main-d'oeuvre avec des compétences pour l'avenir, les gouvernements devront faire face à un chômage en hausse constante et à des inégalités", a-t-il signalé dans une interview aux Échos en janvier 2016. Il s'agirait donc de former les populations moins qualifiées aux nouveaux emplois, qui existeraient donc bel et bien. Les emplois qui disparaissent sont ceux qui demandent le moins de qualification. C'est sur cette base que se fonde la théorie de la raréfaction de l'emploi et non pas du travail. C'est le parti pris par Manuel Valls, qui se définit comme le chantre de la société du travail. "Il va y avoir de nouveaux métiers, le travail va changer. (...) Nous devons accompagner ce mouvement. Il n’y a pas d’idéologie en économie", assurait-il lors de l'ultime débat de la primaire de la gauche.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Benoît Hamon Emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786938442
Quelle est la différence entre raréfaction du travail et raréfaction de l'emploi ?
Quelle est la différence entre raréfaction du travail et raréfaction de l'emploi ?
ÉCLAIRAGE - Si Benoît Hamon base une partie de son projet économique sur la théorie de la "raréfaction du travail", des économistes préfèrent parler de "raréfaction de l'emploi".
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/quelle-est-la-difference-entre-rarefaction-du-travail-et-rarefaction-de-l-emploi-7786938442
2017-01-27 08:34:42
https://cdn-media.rtl.fr/cache/GDaLnF6W0T3-O-_B511xWQ/330v220-2/online/image/2016/0104/7781151941_un-salarie-dans-son-entreprise-image-d-illustration.jpg