1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Qu’est-ce que la silphie, possible solution à la sécheresse ?
1 min de lecture

Qu’est-ce que la silphie, possible solution à la sécheresse ?

ÉCLAIRAGE - Cette plante est économe en eau et en produits phytosanitaires, et elle peut, comme le maïs, servir à la méthanisation et à l'alimentation des bovins.

Des plants de silphie dans les Vosges
Des plants de silphie dans les Vosges
Crédit : PATRICK HERTZOG / AFP
Coline Daclin & AFP

Face à la sécheresse qui empire d'année en année, les agriculteurs doivent trouver des solutions. Les plants de maïs notamment, qui ont de nombreuses utilisations en agriculture, sont particulièrement menacés. Beaucoup ont brûlé avec le soleil. Pourtant, une alternative existe : la silphie.

Cette plante vivace originaire d'Amérique du nord poussait en France jusque dans les années 1960-1970. Puis elle a été progressivement délaissée, au profit d'autres cultures. Pourtant, elle présente un avantage de taille : elle supporte la sécheresse mieux que le maïs.

La silphie est en effet moins gourmande en eau, et a moins besoin de produits phytosanitaires pour pousser, ce qui en fait une plante écologique. Elle peut servir à la méthanisation, un procédé qui consiste à produire du biogaz et de l'électricité à partir de plante, et à l'alimentation des animaux.

Pas une plante miraculeuse

La silphie se présente sous la forme d'une grande plante, qui peut atteindre jusqu'à 3,50 mètres de hauteur, avec des fleurs jaunes entre le printemps et l'été. Une fois plantée, elle ne demande que peu d'attention : une fertilisation annuelle, et un peu d'eau tout de même quand il fait chaud. 

À lire aussi

On ne peut toutefois pas dire qu'il s'agit d'une plante miraculeuse. Pour Marielle Stimpfling, conseillère en grandes culture à la chambre d'agriculture d'Alsace, "on ne peut pas présenter la silphie comme une culture de demain pour remplacer le maïs, [car] elle reste sensible au manque d'eau". Avec la sécheresse, son rendement diminue moins que celui d'autres végétaux, mais il diminue quand même. De même, les chambres d'agricultures des Vosges et d'Alsace soutiennent que la teneur en protéines de la plante reste insuffisante pour remplacer totalement le maïs ou le soja.  

En 2019, 160 hectares de silphie ont été semés dans les Vosges, en Haute-Saône et Haute-Marne, puis 750 hectares cette année dans 29 départements. Pour le moment, un seul distributeur de graines de silphie existe en France, et il appartient à deux groupes agricoles allemands.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/