1 min de lecture Benoît Hamon

Présidentielle 2017 : six jours pour convaincre les indécis

À moins d'une semaine du premier tour de l'élection présidentielle, les principaux candidats redoublent d'efforts pour rallier les indécis. Une tâche difficile à un moment crucial où toute erreur peut être fatale.

Thomas Sotto On refait le monde Thomas Sotto iTunes RSS
>
Présidentielle 2017 : six jours pour convaincre les indécis Crédit Image : AFP et Montage RTLNET | Crédit Média : Bernard Poirette | Durée : | Date : La page de l'émission
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL

Six jours pour convaincre les nombreux Français qui n'auraient pas encore fait leur choix, est-ce possible ou le délai est-il maintenant trop court ? Pour Virginie Le Guay, l'enjeu est tout particulièrement important pour François Fillon, qui veut "essayer de de faire revenir à lui les électeurs du centre droit et ceux qui ne veulent même plus aller voter car ils sont dégoûtés". Eric Mandonnet, lui, estime que "le résultat de cette élection pourrait changer en fonction de la date" tellement la situation entre les principaux candidats semble incertaine.

Selon Matthieu Croissandeau, ces quelques jours ne suffisent pas "pour renverser la table", mais concède que cette campagne aux allures de "patinoire" rend toute prédiction difficile à faire et que le moindre faux-pas peut avoir des conséquences importantes. Il pense cependant que "beaucoup de gens ont pris leur décision". Jean-Christophe Buisson, lui, estime qu'il reste encore "une énorme masse d'indécis" et que "tout reste possible".

"Il y a des orphelins dans cette campagne", déclare Matthieu Croissandeau, citant "ceux qui défendent la gauche de gouvernement, qui hésitent encore", mais aussi des "orphelins à droite, qui ne se reconnaissent pas dans la candidature de François Fillon". Virginie Le Guay précise que "ni la gauche ni le droite classique ne pourraient être au second tour", ce qui serait une première dans l'histoire de la Ve République. Pour Eric Mandonnet, le fait marquant est que "l'on risque de voir arriver en tête un candidat avec un score très faible", ce qui porterait selon lui "les germes d'un quinquennat quasi impossible".

On refait le monde avec :

Jean-Christophe Buisson, directeur adjoint de la rédaction du Figaro Magazine
Virginie Le Guay, journaliste au service politique de Paris Match
Matthieu Croissandeau, directeur de la rédaction de L'Obs
Eric Mandonnet, rédacteur en chef adjoint à L'Express

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Benoît Hamon Jean-Luc Mélenchon Marine Le Pen
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants