1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Pourquoi les syndicats appellent-ils à la mobilisation le 5 octobre ?
2 min de lecture

Pourquoi les syndicats appellent-ils à la mobilisation le 5 octobre ?

L'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU appelle à la grève le 5 octobre prochain pour la défense des salaires, des emplois, des conditions de travail et d'études.

Le drapeau de la CGT lors d'une manifestation à Marseille (illustration).
Le drapeau de la CGT lors d'une manifestation à Marseille (illustration).
Crédit : CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
Marie Gingault & AFP

Afin de défendre les salaires, les emplois, les conditions de travail et les études, une intersyndicale réunissant la CGT, FO, la FSU, Solidaires et les organisations de jeunesse Fidel, Unef et UNL a appelé lundi soir à une journée de mobilisation le 5 octobre. 

Ces organisations "s'opposent à ce que la situation sanitaire soit utilisée par le gouvernement et le patronat pour accélérer la remise en cause des droits et des acquis des salariés et des jeunes", écrivent-elles dans un communiqué lu lors d'un point presse qui s'est déroulé lundi au siège de la CGT à Montreuil, en Seine-Saint-Denis.

"L'élargissement et l'accélération indispensable de la vaccination demandent de renforcer l'accès à la santé, les moyens de l'hôpital public et de la médecine du travail. Cela nécessite de convaincre et de rassurer et non de sanctionner les salariés", ajoutent-elles. La CFE-CGC, qui a participé à la réunion, n'a pour sa part pas souhaité se joindre à ce mouvement de grève et de manifestations. De son côté, la CFDT avait décliné l'invitation de la CGT.

Dans ce communiqué commun, l'intersyndicale met en garde contre le "retour de la réforme des retraites" ainsi que contre "la réforme de l'assurance chômage". Si le gouvernement calme le jeu sur les retraites, il prévoit néanmoins une mise en oeuvre de la réforme de l'assurance chômage dès le 1er octobre, considérant que les signaux sont au vert pour l'emploi.

À lire aussi

La semaine dernière, la ministre du Travail Élisabeth Borne a promis sur BFM Business de revenir prochainement "vers le Conseil d'État avec un nouveau décret", de manière à "avoir un texte opérationnel au 1er octobre". En effet, la plus haute juridiction administrative avait suspendu une partie de la réforme le 22 juin, en raison des "incertitudes sur la situation économique".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/