2 min de lecture Éducation nationale

Réforme du lycée : pourquoi les profs sont-ils en colère ?

À 3 semaines du début du bac, de nombreux enseignants maintiennent leur menace de grève contre la loi Blanquer.

Générique 1 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
"Le Vélib' a fait un grand bien au vélo", estime la DTN de Fédération Française de Cyclotourisme Crédit Image : ludovic MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Claire Riobé

Après plusieurs semaines de protestations, qui ont mené à la manifestation nationale du samedi 18 mai dernier, de nombreux enseignants en lycée maintiennent leur volonté de faire grève pour le premier jour du bac 2019.

S'opposant au projet de loi "pour une école de confiance", aussi appelée loi Blanquer, divers syndicats dont le SNES (principal syndicat de l'enseignement supérieur) menacent en effet de boycotter la surveillance des épreuves de philosophie et de français, le lundi 17 juin prochain. 

En cause, la réforme des collèges et lycées, qui prévoit notamment de modifier la formation des enseignants et de créer des établissements publics des savoirs fondamentaux, sans accord des communautés éducatives. 

Le devoir "d'exemplarité" exaspère les enseignants

À lire aussi
Parcoursup, la plateforme nationale de préinscription en première année de l'enseignement supérieur en France Parcoursup
Parcoursup : 60.000 candidats toujours en attente de places après la phase principale

L'article 1er de la loi, qui fixe un devoir d'exemplarité du personnel éducatif, suscite également de vives réactions. "Par leur engagement et leur exemplarité, les personnels de la communauté éducative contribuent à l’établissement du lien de confiance qui doit unir les élèves et leur famille au service public de l’éducation. Ce lien implique également le respect des élèves et de leur famille à l’égard de l’institution scolaire et de l’ensemble de ses personnels" peut-on lire dans la version initiale du texte de loi.

Le projet de loi porté par Jean-Michel Blanquer depuis bientôt 5 mois souhaite réformer en profondeur le système éducatif. Selon Anne-Christine Lang, rapporteuse LaREM du projet de loi à l'Assemblée nationale, "un des axes forts [du projet] est l'évaluation des établissements scolaires dans la durée. Un accompagnement des équipes enseignantes est un des meilleurs moyens d'améliorer les performances des systèmes éducatifs".

Seule une action d’ampleur peut endiguer ces projets

SNES
Partager la citation

Le SNES explique pourtant que "le gouvernement poursuit son entreprise de destruction de la Fonction publique et de transformation en profondeur de nos métiers. Seule une action d’ampleur peut endiguer ces projets".

Dans une consultation interne publiée le 04 avril dernier, à laquelle 12% des adhérents ont répondu, les 3/4 d'entre-eux se sont dits favorables à une grève le premier jour de l’épreuve du bac. La première journée du brevet pourrait elle aussi être menacée, le 27 juin.

Le Sénat a achevé l'examen des différents articles du projet de loi le 17 mai dernier. Le texte doit prochainement être examiné par une Commission mixte parlementaire, dont la date n'a pas encore été fixée. Elle pourrait encore en modifier ou supprimer certaines dispositions. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Baccalauréat Loi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797746390
Réforme du lycée : pourquoi les profs sont-ils en colère ?
Réforme du lycée : pourquoi les profs sont-ils en colère ?
À 3 semaines du début du bac, de nombreux enseignants maintiennent leur menace de grève contre la loi Blanquer.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/pourquoi-les-profs-manifestent-ils-ce-samedi-1er-juin-7797746390
2019-06-01 07:05:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/oIHypa9Sd-UVR8JqkNt6Ig/330v220-2/online/image/2019/0514/7797622363_jean-michel-blanquer-le-7-mai-2019.jpg