2 min de lecture Société

Psychologie : pourquoi est-ce si difficile de reconnaître ses torts ?

Avoir tort, ce n'est pas grave, mais pourquoi est-ce dur de l'admettre ? "On est fait pour s'entendre" se pose la question.

Flavie Flament On est fait pour s'entendre Flavie Flament iTunes RSS
>
Psychologie : pourquoi est-ce si difficile de reconnaître ses torts ? Crédit Image : Flashpop / GETTY | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Thibaud Chaboche

"Le mauvais orgueil est de croire qu'on ne peut avoir tort, et c'est une faiblesse de n'oser reculer quand on fait fausse route" écrivait Fénelon. Il nous arrive à tous de nous tromper, de ne pas prendre la bonne décision. Mais pourquoi est-ce si difficile d'accepter ses torts ? Qu'a t-on à gagner à faire amende honorable ? "On est fait pour s'entendre" se penche sur le sujet.

Reconnaitre ses torts, "c'est perdre pour certains le pouvoir que l'on garde sur l'autre" analyse Jean François Marmion, psychologue. "Tant qu'on n'avoue pas, on laisse planer l'ambiguïté et on a cette sorte de pouvoir sur la personne" continue t-il. Un mélange d'ego, de rigidité, mais surtout de contrôle que chacun souhaite conserver en refusant d'admettre s'être trompé, et d'exposer alors à l'autre ses failles, ses faiblesses.

Et si ces réactions s'apparentent à de la mauvaise fois, refuser d'avoir tort résulte aussi de mécanismes psychologiques étudiés et prouvés. "Le biais de complaisance consiste à se trouver constamment des excuses à soi-même, lorsqu'on se rend compte qu'on a tort" témoigne". Et d'ajouter : "Quand ça nous concerne, on accuse toujours des facteurs extérieurs ; mais quand ce sont les autres, c'est toujours de leur faute".

"On se grandit en acceptant ses torts"

Accepter ses torts semble donc d'une grande complexité. Mais au fond, que perd t-on vraiment à faire son mea-culpa ? "C'est une question de sécurité intérieure, de peur" argumente Jean-François Marmion, avant d'insister : "Mais il ne faut pas ! Bien au contraire, admettre que l'autre à raison nous grandit vis-à-vis de cette personne".

À lire aussi
Delamain, une des plus vieilles librairies de Paris Coronavirus France
Confinement : quel bilan pour les librairies et le marché du livre ?

Un regard de l'autre qui interroge, et auquel on ne souhaite pas soumettre ses propres failles, de peur justement d'être jugé négativement. "Les gens vont vous juger favorablement si vous admettez", continue le psychologue. "Ils vont voir que vous faites preuve d'une grande humilité" continue t-il. 

Et si l'un à le courage et l'humilité nécessaire pour reconnaître s'être trompé, il appartient à la personne en face de ne pas en rajouter. " Il faut faire preuve de noblesse des deux côtés ; si on accepte les excuses, on ne cherche pas derrière à mettre l'autre dans une position de faiblesse", conseille Jean-François Marmion. Et pour ceux qui ont encore du mal à franchir le pas, le psychologue a un message : "Essayez, vraiment, une fois, vous verrez, ça fait un bien fou".  

Venez témoigner

Vous souhaitez témoigner par écrit, intervenir dans l'émission ou proposer des sujets ? Envoyez-nous un mail à l'adresse suivante : onestfaitpoursentendre@rtl.fr (ici) ou contactez-nous en message privé sur nos réseaux sociaux : Facebook et Twitter !


"On est fait pour s'entendre", le magazine qui vous ressemble et vous rassemble, de 14h30 à 15h30, en direct sur RTL.

Invités

Jean-François Marmion, psychologue et auteur de "La psychologie de la connerie", aux éditions Broché.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Société Flavie Flament On est fait pour s'entendre
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants