3 min de lecture Rassemblement national

Port du voile en sortie scolaire : 3 questions pour comprendre la polémique en Bourgogne

ÉCLAIRAGE - L'élu du Rassemblement national (RN) Julien Odoul a posté une vidéo samedi 12 octobre dans laquelle il demande à une accompagnatrice de sortie scolaire de retirer son voile lors d'une séance publique du Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté.

L'élu Julien Odoul a demandé à ce qu'une accompagntrice de sortie scolaire retire son voile lors d'une séance publique du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté vendredi 11 octobre.
L'élu Julien Odoul a demandé à ce qu'une accompagntrice de sortie scolaire retire son voile lors d'une séance publique du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté vendredi 11 octobre. Crédit : Twitter/Julien Odoul
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Un petit garçon pleure, le visage enfoui dans l'épaule de sa mère. Cette image illustre une partie de la vidéo postée ce week-end par l'élu local Julien Odoul. Dans celle-ci, l'élu du Rassemblement national (RN) exhorte une femme accompagnatrice de sortie scolaire au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, à "bien vouloir retirer son voile".

Au fur et à mesure que l'élu développe sa pensée, des clameurs mêlant encouragements et protestations se font entendre. Julien Odoul assure qu'il s'agit d'une demande "au nom de nos principes de laïcité"

Dans le message qui accompagne la vidéo postée sur Twitter, il évoque l'attentat qui a ciblé la préfecture de Paris jeudi 3 octobre. "Après l’assassinat de nos 4 policiers, nous ne pouvons pas tolérer cette provocation communautariste." Son tweet a été partagé plus de 3.000 fois et a déclenché une avalanche de réactions de la part de la sphère politique.

1. Qui est l'élu à l'origine de la vidéo ?

Julien Odoul est le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-France-Comté, poste auquel il a été propulsé après que Sophie Montel a été exclue du groupe en 2017. Il est également membre du bureau national du parti, qu'il a rejoint après être passé par le Parti socialiste (PS) et la formation centriste UDI. Comme le raconte Le Parisien, le jeune élu franc-comtois est cité dans l'affaire des emplois fictifs du parti d'extrême-droite.

2. L'accompagnatrice était-elle en tort ?

À lire aussi
Philippe Martinez à Paris, le 9 octobre 2018 cgt
Grève du 5 décembre : pour Philippe Martinez, le RN n'est pas le bienvenu

La polémique lancée par Julien Odoul fait écho à une précédente controverse au sujet d'une affiche du syndicat de parents d'élèves FCPE, sur laquelle une femme voilée posait aux côtés du slogan "Oui, je vais en sortie scolaire, et alors ?". Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer avait alors réagi en demandant à la FCPE de "corriger" cette "erreur".

La loi n'interdit pas aux accompagnatrices de sorties scolaires de porter le voile. En 2012, le ministre de l'Éducation d'alors, Luc Châtel avait fait passer une circulaire en ce sens, mais le Conseil d'État l'avait retoqué un an plus tard. La plus haute juridiction administrative avait en effet estimé que les accompagnatrices de sortie scolaire, tout comme n'importe quel parent d'élève, n'étaient ni agentes ni collaboratrices du service public était n'était pas concernées par la neutralité religieuse.

Le voile n'est par ailleurs interdit dans aucun lieu public, au contraire du voile intégral (burqa) qui dissimule le visage. La femme prise à partie par Julien Odoul n'était donc pas en tort.

3. Quelles ont été les réactions ?

Même s'il a reconnu que la loi n'interdisait pas aux accompagnatrices scolaires de porter le voile, Jean-Michel Blanquer n'a pas caché son hostilité à l'idée. "Le voile en soi n'est pas souhaitable dans notre société, tout simplement. Ce n'est pas quelque chose d'interdit mais n'est pas quelque chose à encourager", a-t-il jugé dimanche sur LCI.

Un avis à contre-courant de celui énoncé par Marlène Schiappa sur Twitter dès samedi. "C’est en humiliant les mères publiquement devant leurs enfants qu’on crée du communautarisme", a réagi la secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes. Elle a par ailleurs rappelé que "la loi de 1905 ne prévoit pas cela".

Dimanche, l'eurodéputé RN Nicolas Bay a estimé sur France Inter que le comportement de Julien Odoul était "inutilement blessant et malvenu". "Dans l'état actuel du droit il n'est pas interdit pour une femme de porter le voile et donc je pense que c'est une maladresse d'un jeune élu régional. Évidemment je ne l'aurais pas dit et je ne l'aurais pas fait comme ça", a-t-il complété.

Le nouveau président des Républicains Christian Jacob s'est lui prononcé en faveur d'une proposition de loi interdisant le port du voile pour les accompagnatrices de sortie scolaire. "On peut le faire sans agresser les gens", a-t-il cependant estimé sur France Inter lundi matin.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Rassemblement national Bourgogne Port du voile
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants