2 min de lecture Santé

Pollution : des particules de carbone suie retrouvées dans des placentas

Dans le cadre d'une étude, publiée ce mardi 17 septembre, des chercheurs belges ont découvert la présence de ces particules issues de la pollution de l'air dans les placentas de femmes enceintes.

Une jeune femme enceinte de 5 mois (illustration).
Une jeune femme enceinte de 5 mois (illustration). Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA
Noé Blouin et AFP

Une étude belge, publiée ce mardi 17 septembre, a démontré la présence de particules de carbone suie dans des placentas de femmes. Ce polluant de l'air est émis par les gaz d'échappement ou la combustion de charbon. "Potentiellement, cela pourrait expliquer les effets nocifs de la pollution dès les tout premiers stades de la vie", ont déclaré les auteurs de la recherche.


28 femmes non-fumeuses ont participé à l'étude. Cette dernière a d'ailleurs démontré que le taux de particules retrouvé était supérieur dans les placentas des mères habitant dans des zones très polluées, à moins de 500 mètres d'un axe routier important.

De précédents travaux ont montré que l'exposition à la pollution de l'air pendant la grossesse était associée à un plus grand risque de naissance prématurée ou de naissance avec un poids anormalement bas. Mais les mécanismes en sont mal connus.

Pas de liens directs établis

Dans ce cas précis, on ne peut, par exemple, pas certifier que les polluants ont touché directement les nourrissons. "Dans la mesure où l'une des fonctions du placenta est d'agir comme une barrière pour empêcher que des toxines passent de la mère au fœtus, on pourrait penser que le placenta joue ici son rôle normal en accumulant les particules de carbone suie pour empêcher qu'elles atteignent le fœtus et lui nuisent", a nuancé Christine Jasoni, une scientifique néo-zélandaise qui n'a pas participé aux recherches.

À lire aussi
Vendredi 13 Santé
Michel Cymes : souffrez-vous de paraskevidékatriaphobie ?

"Mais ces particules pourraient aussi endommager le placenta, ce qui pourrait expliquer l'association entre la pollution de l'air et un poids de naissance insuffisant mise en évidence par d'autres études", a-t-elle ajouté.

D'autres travaux menés par l'Inserm, l'Institut français de la santé et de la recherche médicale, ont, en effet, conclu qu'il existait un lien entre le poids anormalement de certains nouveaux-nés et l'exposition de la mère aux particules atmosphériques pendant la grossesse.

 En février 2018, une étude franco-espagnole affirmait également que les enfants exposés à un cocktail de polluants chimiques pendant la grossesse de leur mère et les premiers mois de leur vie avaient plus de risques d'avoir une fonction respiratoire réduite.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Pollution Grossesse
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants