1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Pollution de l’air : pourquoi l'OMS durcit les normes ?
2 min de lecture

Pollution de l’air : pourquoi l'OMS durcit les normes ?

ÉCLAIRAGE - L’Organisation mondiale de la santé divise par deux le seuil d’exposition aux particules fines et par quatre celui au dioxyde d’azote. Par ce plan dévoilé ce mercredi, l'institution espère éviter 7 millions de morts.

L'OMS estime que l’exposition à la pollution atmosphérique entraîne sept millions de décès prématurés chaque année.
L'OMS estime que l’exposition à la pollution atmosphérique entraîne sept millions de décès prématurés chaque année.
Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Lison Bourgeois

Sept millions de personnes perdent la vie chaque année à cause de la pollution de l'air. Un enjeu majeur mondial qui place l'impact de la qualité de l'air comme un facteur de risque aussi important que le tabagisme ou la mauvaise alimentation. Un constat que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a tenu à rappeler ce mercredi 22 septembre en dévoilant ses nouvelles lignes directrices. 

Les dernières observations de l’OMS en matière de qualité de l’air remontaient à 2005. Pour mettre à jour ses recommandations, l'institution a passé en revue plus de 500 publications scientifiques. Depuis quinze ans, les données s’accumulent sur les effets délétères et multiples (retards de croissance, maladies neurodégénératives, ou encore diabète) de la pollution de l’air. 

Ainsi certaines particules fines sont particulièrement dangereuses car elles ne s’arrêtent pas aux voies respiratoires. C'est l'organisme dans sa totalité qui est impacté par le biais du système sanguin.

Le danger du trafic routier

Les nouvelles lignes directrices de l’OMS recommandent des seuils de qualité de l’air concernant six polluants. On peut constater un durcissement significatif sur l'ensemble des normes.

À lire aussi

Les seuils fixés pour les deux plus dangereux polluants de l’air, les particules fines (PM) et le dioxyde d'azote (NO₂) sont drastiquement abaissés. Ces polluants trouvent des sources multiples mais sont principalement émis par le trafic routier et les transports. 

La limite d’exposition annuelle à ne pas dépasser pour les particules fines est divisée par deux. En effet, elle passe de 10 microgrammes par mètre cube à 5 microgrammes par mètre cube (µg/m3). La limite d'exposition annuelle pour le dioxyde d'azote est divisée par quatre, c'est-à-dire qu'elle passe de 40 à 10 µg/m3.

80 % des décès dus à la pollution de l'air pourraient être évités

Selon une analyse rapide des scénarios réalisée par l’OMS, près de 80 % des décès liés aux particules fines dans le monde pourraient être évités. En respectant les nouvelles lignes directrices, le niveau de pollution atmosphérique permettrait d'éviter de nombreuses complications. 

Par ailleurs, l’atteinte de ces objectifs permettrait de réduire massivement la charge de morbidité dans les pays très peuplés. Par ailleurs, le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a précisé : « La pollution de l’air est une menace pour la santé dans tous les pays, mais elle frappe surtout les populations des pays à revenu faible ou intermédiaire ».

L'OMS espère que ces nouvelles directives seront rapidement adoptées par les Etats pour une lutte climatique ainsi qu'humanitaire. Dans les faits, plusieurs états, dont la France,  font déjà l’objet de condamnations devant la Cour de justice de l’UE pour non-respect des actuels standards européens. 

La Commission européenne doit se réunir jeudi 23 septembre pour examiner les nouvelles recommandations de l’institution onusienne.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/