1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Plafonnement des remboursements : "une médecine à deux vitesses", pour Charles Robinet-Duffo
1 min de lecture

Plafonnement des remboursements : "une médecine à deux vitesses", pour Charles Robinet-Duffo

INVITÉ - Le président directeur général d'Henner a fustigé le plafonnement des remboursements des complémentaires santé mardi 16 août sur RTL.

Pour le professeur Philippe Even, il ne faut pas définir le remboursement d'un médicament à partir de la gravité de la maladie
Pour le professeur Philippe Even, il ne faut pas définir le remboursement d'un médicament à partir de la gravité de la maladie
Crédit : GILE MICHEL/SIPA
Plafonnement des remboursements : "une médecine à deux vitesses", pour Charles Robinet-Duffo
06:38
Philippe Corbé & La rédaction numérique de RTL

Les modifications du remboursement des complémentaires santé a-t-il plombé la facture médicale des Français ? C’est ce qu’affirme Le Figaro en pointant la réforme de Marisol Touraine qui oblige les complémentaires santé à plafonner drastiquement les prises en charge, alors que cette mesure était censée limiter les dépassements d’honoraires. Pour Charles Robinet-Duffo, président directeur général d'Henner, la question ne laisse aucun doute.

Le plafonnement des remboursements des complémentaires santé "augmente directement le reste à charge des assurés sociaux, qui étaient jusqu’alors bien couverts pour des actes purement médicaux", avance le directeur de l’entreprise de courtiers en assurance. Selon lui, la facture médicale s’est alourdie pour de très nombreux actes médicaux, parfois très commun comme des opérations de l’appendicite, de la prostate ou des  ligaments croisés du genoux.

La réforme de la ministre de la Santé et des Affaires sociales est en train de créer "une médecine à deux vitesses" selon Charles Robinet-Duffo. Il balaye par ailleurs les chiffres produits par le ministère de la Santé, qui fait état d’une hausse des frais pour 12% des patients français seulement. "On a reçu plus de coups de téléphone en moins de trois mois que dans une année complète rien que sur ce problème", assure-t-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/