2 min de lecture Emploi

Pimkie : "On a un combat pour maintenir les emplois", dit une syndicaliste

INVITÉE RTL - Valérie Pringuez, secrétaire CGT du CE de Pimkie, dénonce le manque de communication entre le groupe et les salariés. La marque veut supprimer 208 postes par le biais d'une rupture conventionnelle collective.

Christophe Pacaud L'invité du Grand Soir Christophe Pacaud
>
Pimkie : "On a un combat pour maintenir les emplois", dit une syndicaliste Crédit Image : Yann Bohac/SIPA | Crédit Média : Christophe Pacaud,Agnès Bonfillon | Durée : | Date : La page de l'émission
Christophe Pacaud
Christophe Pacaud et Agnès Bonfillon

Les salariés de Pimkie seront les premiers à expérimenter la rupture conventionnelle collective, née des ordonnances travail. Le groupe de prêt-à-porter souhaite supprimer 208 postes et une réunion préparatoire a eu lieu à Villeneuve-d'Ascq (Nord) lundi 8 janvier. Valérie Pringuez est secrétaire CGT du CE de Pimkie et a participé à cette rencontre : pour elle, le dialogue n'a pas été constructif. "On est de nombreux délégués à avoir ressenti aucune volonté de communication, mais plutôt du chantage", a-t-elle expliqué. 

Éric Foucault, directeur général de Pimkie, expliquait sur RTL, avant la réunion, : "Si chacun a en tête l'intérêt général de l'entreprise, si chacun a en tête l'intérêt des collaborateurs, si c'est ça qui nous anime, on pourra trouver un accord. Si ce qui nous anime, ce sont les combats contre la Loi Travail, on ne trouvera peut-être pas d'accord". 

Une déclaration qui fait "rire" la déléguée CGT, qui précise : "Il n'y a pas un combat contre la Loi Travail, on a un combat pour maintenir les emplois. S'il venait à y avoir des suppressions d'emploi, un combat pour avoir le plus beau départ pour les salariés, en terme d'accompagnement et d'indemnités". 

On va les emmener directement à la case emploi, sans leur permettre de se reconvertir

Valérie Pringuez
Partager la citation

Valérie Pringuez dénonce les conditions de la rupture conventionnelle collective, et particulièrement l'absence de congé de reclassement : "Elle permet à un salarié de l'entreprise, une fois que sont actés les licenciements, de rester salarié de l'entreprise, pour une durée comprise entre 4 et 12 mois. Elle permet au salarié d'être accompagné par une antenne, afin de construire un projet professionnel et de retrouver un emploi". 

À lire aussi
C¸a peut vous arriver - Julien Courbet Julien Courbet
Emploi : un licenciement à 200 euros seulement

Mais dans le cadre d'une rupture conventionnelle collective, "on va les emmener directement à la case emploi, sans leur permettre de se reconvertir ou de se former professionnellement", explique Valérie Pringuez. 

Pimkie recherche 208 volontaires, parmi ses employés, pour signer cette rupture conventionnelle collective. Mais pour la déléguée CGT, "quand l'entreprise se rendra compte qu'elle n'a pas le volontariat suffisant, elle va bien pousser et bien expliquer aux salariés que, s'ils ne prennent pas cela, il y aura d'autres moyens de les virer". Après cette réunion, Valérie Pringuez est sûre d'une chose, la balle est dans le camp de la marque : "Qu'elle fasse une autre proposition", a-t-elle conclu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Licenciement Loi Travail
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants