2 min de lecture Transports

Paris : Orly-Sud et Orly-Ouest, c'est fini

Pour s'adapter à un trafic toujours en croissance, notamment grâce au low cost et pour accueillir plus de passagers, les terminaux d'Orly ont fusionné en un seul, désormais divisé en quatre halls.

Des passagers à l'aéroport d'Orly, en octobre 2012 (illustration)
Des passagers à l'aéroport d'Orly, en octobre 2012 (illustration) Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet
et AFP

Orly-Sud et Orly-Ouest c'est terminé. Les deux terminaux ont disparu depuis lundi soir. Ils laissent place à une nouvelle appellation : Orly 1, 2, 3 et 4 en préambule au basculement en avril vers un terminal unique, comme l'avait annoncé le Groupe ADP vendredi 15 mars.

Les deux anciennes aérogares Sud et Ouest, qui datent respectivement de 1961 et 1971, ont été reliées par un bâtiment de jonction de 80.000 m2, d'un coût de 400 millions d'euros, ouvert au public depuis le 16 avril.

Dans la nuit de lundi à mardi, quelque 500 panneaux d'affichage dans l'aéroport et 120 panneaux de signalétique routière ont été changés. Les dénominations des arrêts d'Orlyval (navette automatique qui relie le RER B à l'aéroport) et des parkings ont été adaptées à celles des nouvelles zones.

L'ancienne Orly-Ouest abritera les secteurs de départs et d'arrivées 1 et 2, l'ex-Orly-Sud la zone 4 et le nouveau bâtiment de jonction la zone 3.  Le nouveau bâtiment d'une capacité de 8 millions de passagers par an "a pour objectif d'adapter Orly à l'évolution du trafic", a expliqué à l'AFP Edward Arkwright, directeur général exécutif du Groupe ADP. 

Les infrastructures actuelles étaient sous-dimensionnées

Edward Arkwright, directeur général exécutif du Groupe ADP
Partager la citation
À lire aussi
Le nouveau service Navigo Liberté a été lancé par Île-de-France mobilités transports
RATP : le Navigo Liberté + dit au-revoir aux tickets de métro

Celle-ci est marquée ces dernières années par la croissance du trafic low-cost -en 2010, il représentait 23% du trafic de l'aéroport du sud de Paris contre 40% aujourd'hui- et la progression du trafic international long-courrier (Chine, New-York et DOM-COM, les départements et collectivités d'outre-mer).

"Les infrastructures actuelles étaient sous-dimensionnées. Aujourd'hui le terminal unique va permettre d'être beaucoup plus flexible en termes d'évolution du trafic dans les années à venir", selon Edward Arkwright. Orly a accueilli en 2018 quelque 33,1 millions de passagers.

La croissance du trafic s'inscrira "dans le plafonnement et le couvre-feu d'Orly", en "maintenant le nombre de mouvements d'avions grâce à des appareils proposant des capacités plus importantes qu'il y a 10 ans", précise Edward Arkwright.

Le trafic de l'aéroport, soumis à un couvre-feu de 23h30 à 6 heures, est plafonné à 250.000 mouvements (décollages et atterrissages) par an. Le projet de renouveau d'Orly va s'étendre jusqu'en 2024 avec pour prochaines grandes étapes la rénovation de tous les espaces communs aux opérations liées au trafic international de l'ex-Orly-Sud, l'arrivée de la ligne 14 au pied du bâtiment de jonction et la réorganisation des accès routiers et du fonctionnement routier de l'aéroport. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Transports Aéroport Aéroports de paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants