1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Paris : le Préfet de Police interdit un "bal des migrants" après une polémique
2 min de lecture

Paris : le Préfet de Police interdit un "bal des migrants" après une polémique

Le Préfet de Police a préféré interdire un bal de migrants organisés dans le cartier de Stalingrad (19e arrondissement de Paris), à cause de déclarations racistes.

Des policiers devant la préfecture de police de Paris le 17 juin 2020 (illustration)
Des policiers devant la préfecture de police de Paris le 17 juin 2020 (illustration)
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Nicolas Barreiro & AFP

Le Bal des Migrants à Stalingrad dans le 19e arrondissement de Paris a été interdit par la Préfecture de Police par peur de troubles à l'ordre public. En cause, les propos du DJ Fanaya, qui devait participer à l'événement, qui avait explicitement demandé aux personnes "blanches" d'aller à l'arrière, laissant les personnes "noires et racisées" se trouver au plus proche de la scène.

Des propos qui ont très vite fait polémique entraînant de très vives réactions sur les réseaux sociaux, mais aussi auprès du député LaREM François Jolivet, qui voulait faire interdire de se produire le DJ en question à la Maire de Paris, Anne Hidalgo.

En réaction, la BAAM (Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants) avait retiré le DJ en question du programme, mais la préfecture de Police a indiqué ce mardi 13 juillet que l'événement n'aura pas lieu. L'arrêté a été pris par le préfet en raison de "forts risques de troubles à l'ordre public", écrit la préfecture dans un communiqué.

Cette interdiction constitue une "atteinte directe et inouïe au droit, pour une association militante, d'exprimer une opinion politique", s'est indignée le BAAM, qui avait déjà annoncé dimanche que le DJ au cœur de la polémique se retirait de la programmation face aux "pressions et menaces reçues".

À lire aussi

"Pour justifier sa décision, la préfecture réussit l'exploit de faire partager au BAAM la responsabilité d'un raid que NOUS avons subi sur les réseaux sociaux", a encore déploré l'association mardi, dans un communiqué. 

C'est la "fachosphère", ajoute le BAAM, qui a conduit à l'interdiction de cette soirée qui devait rassembler mardi soir autour du thème de l'opposition à Frontex, l'agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, chargée de la lutte contre l'immigration clandestine aux portes de l'Europe.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/