2 min de lecture Vêtements

À Paris, Anaïs confectionne des vêtements à partir de tissus récupérés

Des vêtements chics confectionnés notamment avec des morceaux de vieux rideaux, c'est ce que propose Anaïs Dautais Warmel avec sa marque "Les Récupérables". Depuis 3 ans, cette jeune créatrice relève le pari de l'économie circulaire tout en proposant une très belle ligne de vêtements.

Micro générique Switch 245x300 Vous êtes comme ça La rédaction de RTL iTunes RSS
>
À Paris, Anaïs confectionne des vêtements à partir de tissus récupérés Crédit Image : Agnès Bonfillon | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Agnès Bonfillon
Agnès Bonfillon édité par Valentin Deleforterie

Anaïs Dautais Warmel se rend très régulièrement dans un petit atelier en plein centre de Paris. C'est ici que sont livrés les tissus chinés par son équipe, dont les fameux rideaux. Machines à coudres, fer à repasser, bobines de fils multicolores ... Une dizaine de personnes s'activent pour assembler une partie de sa prochaine collection.

Avant la livraison des tissus à l'atelier, tout commence dans une recyclerie des Yvelines. Régulièrement, Anaïs fouille dans les immenses containers jusqu'à trouver son bonheur. La beauté des motifs est un critère, mais cela ne suffit pas.

"Je prends généralement du coton. Il faut regarder s'il est tâché et tirer dessus avec ses ongles pour voir si la matière est cramée. Car les rideaux protègent du soleil et surtout de la lune", explique la créatrice.

Cet aspect "mains dans le cambouis" fait l'ADN de sa marque. Cela prend parfois des allures de chasse au trésor. Il y a peu, la jeune femme a déniché de précieux lainages. "Ils appartenaient à un tailleur du 8e arrondissement de Paris qui les avait achetés dans les années 80-90 en Angleterre. Ca commençait à encombrer son local depuis des années", raconte Anaïs.

De multiples bobines ornent les murs de l'atelir
De multiples bobines ornent les murs de l'atelir Crédit : Agnès Bonfillon
À lire aussi
L'enseigne de distribution Lidl supermarchés
Lidl vendra bientôt ses propres vêtements en France

Des stocks dont veulent se débarrasser tailleurs et tapissiers, des bleus de travail, des combinaisons avec un défaut de fabrication et des chutes de tissus : pour Anaïs, il n'y a pas de "petite" récupération

Victor Férès dirige l'atelier. Lui-même créateur, il travaille pour différentes marques. Ce couturier-styliste a une tendresse particulière pour l'exercice proposé par Anaïs, qu'il prend comme un challenge.

"La même veste donne autre chose. Ce sont les matières qui font que c'est un autre esprit. Il y en a une qui est extrêmement classique, et d'un seul coup c'est très contemporain", décrit-il.

Que ce soit par l'intermédiaire du site web ou de la boutique, la plupart des clientes connaissent bien la philosophie de la marque. Ce matin, Adrienne, 25 ans, est venue essayer plusieurs vêtements. "Ce genre de produit, de démarche, de valeurs me touchent", souligne-t-elle, en lorgnant sur une coupe de pantalon dans un rayon voisin.

La boutique d'Anaïs regorge de vêtements originaux
La boutique d'Anaïs regorge de vêtements originaux Crédit : Agnès Bonfillon

Le vêtement sur lequel elle a flashé coûte 150 euros. Ce n'est pas forcément plus cher qu'ailleurs mais il y a ce côté précieux, rare, qui participe à un achat raisonné et raisonnable. Sur ce point, Anaïs Dautais Warmel insiste : "Les Récupérables" proposent une alternative mais ne donnent aucune leçon.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vêtements Recyclage Tendances
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants