1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Nucléaire : Jean-Marc Jancovici explique ce qu'est un EPR et à quoi il sert
2 min de lecture

Nucléaire : Jean-Marc Jancovici explique ce qu'est un EPR et à quoi il sert

La construction de ce réacteur nucléaire, qui permet d'utiliser de petites quantités de matière pour générer une grande quantité d'électricité, a connu de nombreuses difficultés en France.

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (illustration)
La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (illustration)
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Nucléaire : Jean-Marc Jancovici explique ce qu'est un EPR et à quoi il sert
03:25
Micro générique Switch 795x530
Jean-Marc Jancovici - édité par Florine Boukhelifa

Lors de sa dernière allocution, Emmanuel Macron a annoncé la construction de nouveaux EPR. Ces réacteurs nucléaires sont des sortes de bouilloires très compliquées qui permettent de produire une grande quantité de vapeur sous pression. Celle-ci fait tourner une turbine pour mettre en route un gros alternateur qui va produire l'électricité envoyé sur le réseau.

Le propre d'une réaction nucléaire est qu'elle est très compacte. La scission d'un gramme d'uranium libère ainsi autant d'énergie que la combustion d'une tonne de pétrole. L'intérêt du nucléaire se situe donc dans la capacité d'utiliser de petites quantités de matière pour générer une grande quantité d'électricité. Évidemment, la densité énergétique nécessite de bien s'en protéger, sous peine d'avoir des ennuis.

Par ailleurs, l'image d'Épinal des centrales nucléaires, ces grandes tours de refroidissement qui crachent de la vapeur, n'est pas propre au nucléaire. Toutes les centrales thermiques en ont. Si vous montriez ce même aéro-réfrigérant, son terme consacré, à un Américain ou à un Allemand, celui-ci penserait probablement au charbon avant de penser au nucléaire.

L'EPR long à construire, un problème français

En France, le nucléaire a été cher, notamment parce qu'au moment de la construction du prototype de l'EPR, Areva a voulu monter trop de marches à la fois. Le groupe a ainsi voulu créer un nouveau métier, un nouveau réacteur tout en commençant dans un nouveau pays, la Finlande, plutôt que dans l'Hexagone. Cette technique a mené au casse-pipe : trop cher et avec des délais beaucoup trop longs.

À lire aussi

En Chine, pays qui a l'habitude de construire des réacteurs en série, cela a coûté quasiment 3 fois moins cher et pris 1,5 fois moins longtemps. Dans le reste du monde, la construction de réacteurs de deuxième génération, le modèle précédant l'EPR, se fait en cinq ans pour quelques milliards de dollars la pièce. Le problème du dépassement du budget est alors un problème français et non une difficulté liée au nucléaire.

Ce domaine a par ailleurs fait l'objet de débats passionnels en France. Selon Jean-Marc Jancovici, dans un contexte très risqué lié au changement climatique, mais aussi à l'approvisionnement en combustibles fossiles, le nucléaire représente une bonne contribution. Un argument partagé il y a quelques semaines dans un rapport du RTE.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/