2 min de lecture Tarn

Mort de Rémi Fraisse : des "gilets jaunes" se joignent aux commémorations

Des militants écologistes et quelques "gilets jaunes" se sont rassemblés samedi 26 octobre à Sivens, où Rémi Fraisse a été tué il y a 5 ans lors d'affrontements entre forces de l'ordre et opposants au projet de barrage.

Un cercueil en carton déposé à Lisle-sur-Tarn en hommage à Rémi Fraisse, le 6 novembre 2014
Un cercueil en carton déposé à Lisle-sur-Tarn en hommage à Rémi Fraisse, le 6 novembre 2014 Crédit : AFP / REMY GABALDA
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et AFP

Cinq ans après, environ 200 militants écologistes et quelques "gilets jaunes" se sont rassemblés samedi 26 octobre à Sivens (Tarn) en la mémoire de Rémi Fraisse, tué lors d'affrontements entre forces de l'ordre et opposants au projet de barrage.

Après une balade dans la forêt, "une minute d'applaudissements" a été observée pour rendre hommage au militant de 21 ans qui a succombé le 26 octobre 2014 à un tir de grenade offensive. Dans cette affaire, le gendarme impliqué a bénéficié en janvier 2018 d'un non-lieu, contre lequel la famille a fait appel, après le renoncement officiel en 2017 à l'usage de grenades offensives.


"Nous sommes ici réunis sur une zone humide où l'eau n'est pas forcément visible à l'oeil nu, mais où la terre fonctionne comme une éponge, comme un régulateur des masses hydriques", a expliqué Claude Pichel, ancien professeur de géographie à la retraite. Pour lui, une retenue d'eau serait "une hérésie", qui ne ferait que vider les nappes phréatiques et assécher la région, "en rompant l'équilibre naturel de la zone".

Le projet de barrage abandonné après sa mort

Le projet de barrage retenu en 2012 avait provoqué une levée de boucliers des environnementalistes, opposés à la destruction d'une zone humide. Il fut abandonné à la suite de la mort de Rémi Fraisse.

À lire aussi
La ville d'Albi (Tarn) faits divers
Tarn : une banquière vole 84.000 euros à ses clients


Un nouveau projet d'irrigation dans la vallée du Tescou, à quelques centaines de mètres en amont, a refait surface, "notamment à cause d'une pression monstre de la part de la FNSEA (principal syndicat agricole, ndlr) qui pousse les politiques à prendre des décisions contraires à l'intérêt général et de la biodiversité", accuse Claude Pichel.

Une banderole "faisons barrage aux violences policières"

À l'approche d'un arbitrage, les opposants et anciens zadistes restent mobilisés. Parmi eux, Nicole Voisin, devenue "gilet jaune" à 80 ans et qui participe à la commémoration dans le village proche de Gaillac où a été déployée une grande banderole : "Faisons barrage aux violences policières".

Ces commémorations coïncident avec l'acte 50 des "gilets jaunes", pour qui le nom de Rémi Fraisse est associé au questionnement du maintien de l'ordre en France. "Cette violence qui l'a tué, se perpétue. Tous les samedis on se fait gazer, pour rien", fulmine Francis, 52 ans et au chômage depuis des années.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tarn Hommage Barrage de Sivens
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants