1 min de lecture Justice

Mort de Rémi Fraisse : la justice prononce un non-lieu en faveur du gendarme

Les juges d'instruction ont conclu mardi 9 janvier à un non-lieu dans le cadre de l'affaire Rémi Fraisse. Le militant écologiste tué par une grenade aurait été victime d'un "épouvantable accident".

Manifestation en hommage à Rémi Fraisse, le 2 novembre à Paris (archives)
Manifestation en hommage à Rémi Fraisse, le 2 novembre à Paris (archives) Crédit : JOEL SAGET / AFP
Nicolas Skopinski
et AFP

Les juges d'instruction enquêtant sur la mort de Rémi Fraisse en 2014 à Sivens (Tarn) ont délivré mardi 9 janvier une ordonnance de non-lieu en faveur du gendarme ayant tiré la grenade qui a tué le militant écologiste, a indiqué le parquet de Toulouse, confirmant une information de Médiapart.

"L'ordonnance de non-lieu était inévitable car personne n'avait été mis en examen (dans cette affaire), donc ce n'est pas réellement une surprise", a indiqué l'avocat du gendarme Me Jean Tamalet. "Par ailleurs, le réquisitoire définitif (du parquet de Toulouse) réclamait un non-lieu en insistant sur les fruits de l'instruction qui concluaient à un épouvantable accident", a-t-il ajouté.

Mais pour Jean-Pierre Fraisse, le père du jeune militant, "la justice est aux ordres, la raison d'État de deux gouvernements successifs a prévalu alors qu'il n'y avait aucune raison puisqu'il y a mort d'homme".

Rémi Fraisse, âgé de 21 ans, avait succombé à l'explosion d'une grenade tirée par un gendarme lors d'affrontements sur le chantier de la retenue d'eau controversée de Sivens, le 26 octobre 2014.

À lire aussi
Un homme portant un masque à Paris, pour se protéger de l'épidémie de coronavirus, le 13 mars 2020 justice
Coronavirus : prison avec sursis pour une pharmacienne qui vendait des masques

Le projet de barrage a depuis été abandonné mais un autre, réduit de moitié, est à l'étude. Les zadistes qui occupaient le site en ont été délogés le 6 mars 2015.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Faits divers Barrage de Sivens
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants