2 min de lecture Napoléon

Mort de Napoléon : "On ne peut pas être bonapartiste et républicain", estime Alexis Corbière

INVITÉS RTL - Alors qu'Emmanuel Macron doit commémorer le bicentenaire de la mort de Napoléon mercredi 5 mai, le député LFI Alexis Corbière et l'historien Pierre Branda débattent à propos de cette cérémonie.

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi iTunes RSS
>
Mort de Napoléon : "On ne peut pas être bonapartiste et républicain", estime Alexis Corbière Crédit Image : LOU BENOIST / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Louis Chahuneau

Il y a deux cent ans Napoléon mourrait à Sainte-Hélène, seul, déchu, après avoir tant œuvré pour la France. C'est en tout cas ce que pense le président de la République, qui va s'exprimer mercredi 5 mai.

Emmanuel Macron a en effet décidé de commémorer le bicentenaire de sa mort, malgré les polémiques que cela engendre : "Quand le président s'exprime, il parle au nom de la République. Napoléon est un personnage majeur de notre Histoire et il est important que les historiens s'expriment. Mais que veut dire le président ? Soit il approuve, soit il condamne, estime ainsi Alexis Corbière, député LFI et professeur d'histoire. Là, on va s'y perdre. Moi je pense que Napoléon met fin à l'expérience révolutionnaire par un coup d'État. Un président n'est pas un professeur de l'Histoire, il fait de la politique. Mais attention au Bonapartisme, certain en 2021 ont une nostalgie et estiment qu'il n'y a rien de mieux qu'un homme fort, un militaire, pour prendre le pouvoir".

Pour l'historien Pierre Branda, responsable du patrimoine à la fondation Napoléon, "la polémique sur Napoléon ne date pas d'hier. Je suis en désaccord avec Alexis Corbière sur la continuité de la Révolution française. La révolution n'a été qu'une suite de coups d'État et une grande guerre civile qui a entraîné des déportations et exécutions donc Napoléon met un terme à tout ceci et remet au centre l'égalité et la fraternité. Il a aussi accordé la liberté des cultes".

Mais Napoléon a aussi rétabli l'esclavage : "C'est effectivement une mauvaise décision, admet Pierre Branda, l'historien. Ce n'était pas programmé mais c'est un rétablissement influencé. On a pensé restaurer l'économie des colonies, c'est une profonde erreur, et Napoléon le regrettera lui-même à Sainte-Hélène. Mais il n'a jamais possédé d'esclave ou écrit en faveur de l'esclavage. Le problème est complexe".

À lire aussi
Chine
Ouïghours : la Chine sanctionne 9 personnalités et 4 entités britanniques

"On ne peut pas être bonapartiste et républicain, estime Alexis Corbière. Là où Emmanuel Macron prend un risque c'est qu'il joue avec cette image. Il exalte à nouveau une figure qui peut être une tentation pour certains".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Napoléon Commémoration Esclavage
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants