3 min de lecture Histoire

Napoléon : pourquoi la célébration du bicentenaire de sa mort fait polémique

ÉCLAIRAGE - Emmanuel Macron a annoncé qu'il célébrerait le bicentenaire de la mort de l'Empereur, décédé en 1821 à Sainte-Hélène. Des voix s'élèvent pour dénoncer l'héritage de cette figure historique controversée. Pourquoi ?

Une peinture de Jacques-Louis David représentant l'empereur Napoléon
Une peinture de Jacques-Louis David représentant l'empereur Napoléon Crédit : DR
Marie Zafimehy
Journaliste

"Une figure majeure de notre Histoire". C'est ainsi que Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a qualifié l'empereur Napoléon Ier dont le bicentenaire de la mort sera commémoré le 5 mai prochain. Les modalités des célébrations, souhaitées par Emmanuel Macron, seront annoncées ultérieurement. Mais déjà, l'initiative fait débat.

Interrogée à ce sujet dimanche 7 mars,  Élisabeth Moreno s'est prononcée personnellement contre les célébrations du bicentenaire de la mort de Napoléon. "Il était l'un des plus grands misogynes", a-t-elle ironisé sur le plateau du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. Empereur de France de 1804 à 1814, Napoléon est aussi celui qui a rétabli l'esclavage, aboli une première fois en 1794 à la suite de la Révolution Française. 

Malgré tout, la ministre en charge de l'Égalité a précisé qu'elle participerait aux événements. "Je m'associerai à ce que fait le gouvernement", a-t-elle assuré. Une position délicate lorsqu'on examine l'héritage de l'Empereur concernant les droits des femmes, érigés au titre de "grande cause du quinquennat" par Emmanuel Macron.

Il n'y a aucun chef d’État qui ait fait plus de mal à la cause des femmes que Napoléon

Mathilde Larrère
Partager la citation

Historienne spécialiste du XIXème siècle et auteure de Rage Agains the Machisme (Détour, 2020), Mathilde Larrère confirme les dires d'Élisabeth Moreno. "Il n'y a aucun chef d’État qui ait fait plus de mal à la cause des femmes que Napoléon", insiste-t-elle auprès de RTL.fr. Elle prend pour exemple le fameux Code Civil, institué par l'Empereur. "Ce texte enterre tout ce que les femmes ont pu acquérir pendant la Révolution française, explique-t-elle. Il met la femme sous la domination du mari, elle lui doit obéissance et le mari lui doit protection". 

À lire aussi
esclavage
Mort de Napoléon : "On ne peut pas être bonapartiste et républicain", estime Alexis Corbière

Aucun droit de travailler sans l'accord de son mari. Aucun droit de disposer de son salaire. Aucun droit de vote. Sous l'autorité de leurs époux, les femmes sont considérées comme des personnes mineures. Les violences intrafamiliales sont permises et les femmes doivent s'adonner à leur "devoir conjugal", ce que les féministes de l'époque appellent "le viol légal", indique Mathilde Larrère.

Une "politique ouvertement sexiste et misogyne" que l'on retrouve aussi dans le Code pénal. "Il y a le fameux article rouge, le 324, qui dispose que le meurtre commis par l’époux sur l’épouse si celle-ci est surprise en flagrant délit d’adultère doit être excusable, rappelle Mathilde Larrère. La justification c'est que le meurtrier est plus malheureux que coupable, on est quand même sur du féminicide !"

Fondateur de l'État moderne

Aujourd'hui, ces dispositions ont été détricotées grâce aux combats menés par les militantes féministes - souvent après des décennies de mobilisation. En 1907, les femmes peuvent disposer de leur salaire, en 1938 les épouses retrouvent leurs capacités civiles, en 1965 elles peuvent ouvrir un compte en banque seules... Mais peut-on choisir de ne garder que le bon de Napoléon ?

Pour l'historien Dimitri Casali, il est naturel de "commémorer un homme aussi exceptionnel pour son courage, ses valeurs, son parcours". Interrogé dans l'émission Où va la France ? sur RTL dimanche 21 février, ce spécialiste de Napoléon indique ne pas comprendre pourquoi la célébration du bicentenaire de sa mort fait polémique. Dans d'autres pays, "la question ne se serait même pas posée", insiste-t-il.

Nombreux sont ceux qui voient en Napoléon un extraordinaire militaire et homme politique. Création des lycées (bien que réservés aux élites), de la Banque de France, du cadastre (division du territoire français)... "Il a mis la touche finale sur la construction de l'État moderne", admet Mathilde Larrère. Le tout en menant des batailles plus ou moins victorieuses dans toute l'Europe. "Il y a le côté glorieux et brillant général, admet Mathilde Larrère. Napoléon était un fin stratège mais est-ce qu’on a besoin de le célébrer de nos jours ?" 

Un choix politique éloquent

Selon l'historienne, en choisissant de commémorer le bicentenaire de sa mort, Emmanuel Macron prend une position très explicite. "Il envoie un message qui est assez peu républicain et nationaliste", affirme-t-elle en soulignant l'héritage "très bonapartiste" du macronisme en ce qui concerne l'importance du suffrage universel associée à un pouvoir autoritaire.

À gauche, l'idée de commémorer le bicentenaire de la mort de Napoléon indigne. Le député La France insoumise (LFI) Alexis Corbière qualifie l'Empereur arrivé au pouvoir par un coup d'état de "fossoyeur de la République". Napoléon est aussi celui qui a rétabli l'esclavage après son abolition de 1794, et celui qui a instauré "le livret ouvrier", outil de contrôle des déplacements des personnes appartenant à la classe ouvrière.

Autant de mesures qui n'en font pas un modèle pour la gauche française qui lui préfère par exemple Robespierre. Figure historique elle aussi controversée, il est vu d'un côté de l'échiquier politique comme "un révolutionnaire démocrate", et de l'autre comme "un tyran psychopathe".

>
23. Pourquoi sans Napoléon on roulerait tous à gauche Crédit Image : RTL Originals | Crédit Média : RTL Originals | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Histoire Napoléon
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants