1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. #MonCorpsSurYouTube : Youtube est-il sexiste avec les femmes vidéastes ?
2 min de lecture

#MonCorpsSurYouTube : Youtube est-il sexiste avec les femmes vidéastes ?

Plusieurs vidéastes françaises se plaignent de voir leurs vidéos parlant des corps des femmes ou de sexualité démonétisées par la plateforme de téléchargement de vidéos en ligne. Elles organisent leur riposte.

La plateforme vidéo YouTube (Illustration)
La plateforme vidéo YouTube (Illustration)
Crédit : Unsplash/Christian Wiediger
Arièle Bonte
Journaliste

Les femmes dérangent sur YouTube. "Depuis plusieurs mois", la plateforme "a renforcé la modération des vidéos où apparaissent des bouts de peau, ainsi que des dizaines de vidéos qui participent à l’éducation et la liberté sexuelle de toute une génération", a écrit le collectif Les Internettes dans un message publié sur Twitter le 25 mai dernier.

"Lorsqu’elles sont démonétisées, ces productions d’intérêt général n’atteignent pas leur public. Par ce simple acte, YouTube nous glisse à l’oreille que nous devrions avoir honte d’être des femmes qui s’expriment librement", poursuit ce collectif lancé il y a deux ans et dont la mission est de valoriser les talents féminins sur la plateforme de vidéos en ligne.

Pour médiatiser cette invisibilisation de sujets liés aux règles, à l'avortement ou encore à la masturbation, faire entendre la voix des femmes vidéastes officiant sur la plateforme et dont les corps ont été censurés ou les contenus vidéos démonétisés, Les Internettes ont lancé un appel à témoignages via le hashtag #MonCorpsSurYouTube.

Un plafond de verre de la monétisation ?

"Alors là, c'est le pompon: je découvre que notre vidéo sur l'endométriose est démonétisée! Vidéo faite pour sensibiliser sur cette maladie peu connue, en partenariat avec l'association d'Imany, Julie Gayet et de la Dr Zacharopoulou ! Je ne comprends plus rien !", a partagé Maud Bettina-Marie de la chaîne Parlons peu, mais Parlons !.

À lire aussi

La vidéaste Clemity Jane, spécialisée sur les questions de sexualité, confie de son côté que ses "vidéos sont systématiquement démonétisées". Qu'elle parle de sextoys, de prévention sexuelle ou de vaginisme, la youtubeuse n'échappe pas à la sentence de Youtube et parle même d'un "plafond de verre de la monétisation". 

Des réticences de la part des annonceurs

"Le règlement de la communauté, qui régit ce qui peut être présent sur la plateforme, est différent des consignes relatives aux contenus adaptés aux annonceurs. Les vidéos peuvent être publiées sur la plateforme, mais peuvent ne pas être éligibles pour la monétisation", a directement répondu YouTube aux Internettes via un message publié sur Twitter, avant d'ajouter :

"Certains sujets, comme l'IVG ou le viol, sont importants et peuvent être débattus, mais nous avons entendu de la part des annonceurs des réticences à ce que leurs marques soient associées à ce contenu". S'attaquer aux annonceurs, la solution pour faire bouger les choses sur la plateforme ?

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/