3 min de lecture Turquie

Turquie : Loup Bureau raconte sa détention, "traité comme un terroriste"

Pendant 52 jours, le journaliste français de 27 ans a été en détention pour "terrorisme" en Turquie. Il s'ouvre et se confie dans les colonnes du site "Les Jours".

Loup Bureau a été expulsé de Turquie le 18 septembre 2017 après 52 jours de détention pour "terrorisme"
Loup Bureau a été expulsé de Turquie le 18 septembre 2017 après 52 jours de détention pour "terrorisme" Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

L'enfer pour tout journaliste en mission à l'étranger, Loup Bureau l'a vécu pendant 52 jours. Le Français de 27 ans a été libéré d'une longue et difficile détention dans les geôles turques vendredi 15 septembre, soupçonné d'appartenance à une organisation terroriste. 

Après son retour en France le dimanche suivant, il remercie ses soutiens dans un post sur sa page Facebook - aimé par près de 2.000 internautes - et explique qu'il répondra "très bientôt" aux sollicitations de ses confrères journalistes. 

Il s'est finalement confié au site Les Jours (payant). Il y raconte son expérience de "climat d'angoisse permanent". Les citations sont édifiantes. Ceux qui ont vu le film Midnight Express ne pourront éviter le rapprochement. Loup Bureau lui-même y a pensé lors de son passage devant la juge turque. 

À lire aussi
Le Premier ministre australien Scott Morrison Australie
Attentat de Christchurch : le Premier ministre australien qualifie d'"ignobles" les propos d'Erdogan

Pour eux, j’étais un terroriste

Loup Bureau
Partager la citation

Son témoignage retrace la peur de l'inconnu de ce qui peut lui arriver, l'ascenseur émotionnel lorsqu'il est libéré une première fois avant d'être rattrapé pour être enfermé dans une cellule de 6 m² à Sirnak. Et le traitement violent qui lui était réservé, ainsi qu'aux autres détenus lors de déplacements : "Ils nous agrippaient par le cou en sortant du commissariat pour nous forcer à nous plier en deux, nous obliger à regarder nos pieds (...) Je sentais une vraie animosité. Pour eux, j’étais un terroriste." 

Les charges qui pèsent contre lui ne sont pas abandonnées par la justice turque. Elle l'accuse d'être en lien avec les combattants du PKK, considéré comme une entreprise terroriste par Ankara, à cause de photos datant de 2013 retrouvées dans son matériel. Cette année-là, il a en effet fait un reportage avec les combattants de la frange syrienne, reportage qu'il a vendu au site TV5 Monde.

Lors des déplacements, dans la voiture, "on nous faisait mettre à genoux par terre, mains menottées dans le dos, on tombait, on se cognait. Ils leur criaient tout le temps dessus ; moi, ils savaient que je ne comprenais pas, poursuit-il dans les colonnes du site d'information. La femme était dans la cellule à côté de la mienne. Je l’entendais pleurer la nuit. On était maintenus dans un climat d’angoisse permanent."

On était maintenus dans un climat d’angoisse permanent

Loup Bureau
Partager la citation

Niveau nourriture, Loup Bureau a du se contenter pendant des jours de "biscuits Oreo et briquettes de jus d'orange". Si bien qu'il se sentait "très faible physiquement", et aussi psychologiquement même si "ce n'était pas encore le plus dur" puisqu'il n'était pas en prison. "J'avais l'espoir de sortir bientôt".

Mais un jour un gardien fait trembler ces espérances. "À mon avis, tu es là pour un an au moins", lui dit-il avant de lui ordonner de s'agenouiller devant le drapeau national. "C’était ridicule mais j’étais dans un tel état de désespoir que je l’ai fait. À ce moment-là, mentalement, j’étais au bord du gouffre."

Loup Bureau était à l'isolement total. Un traitement réservé aux personnes soupçonnées de terrorisme, incarcérées dans les "conditions les pires qui soient", avait expliqué son avocat Martin Pradel à RTL.fr avant sa libération. Aucun contact avec l'extérieur, excepté son père au téléphone et son avocat au parloir, tous les deux ou trois jours.

J’ai dû servir de monnaie d’échange, je n’y suis pour rien, cela me dépasse complètement

Loup Bureau
Partager la citation

Le comportement des gardiens variaient en fonction de la personne. Si certains étaient plutôt bienveillants, d'autres lui claquaient l'arrière du crâne à leur passage le traitant de "terroriste". Son avocat a du se battre pour que son client puisse lire des livres. Loup Bureau a d'abord eu droit à des ouvrages reçus en don : la biographie de Louis de Funès et un livre de Gilbert Collard. "Double peine", commente Les Jours. À ce moment, le moral flanche : "Je n’avais plus envie de rien." Mais les soutiens le font tenir. Ils sont "indispensables", précise-t-il dans son post sur Facebook. 

Depuis sa libération, le retour à la réalité est difficile à encaisser. Il prend conscience aujourd'hui qu'il s'est retrouvé au milieu d'un dossier qui le dépassait. "J’ai dû servir de monnaie d’échange, je n’y suis pour rien, cela me dépasse complètement", confie-t-il au site. Le 19 septembre, Challenges publie d'ailleurs l'information comme quoi un "contrat d'armement a aidé" sa libération. "Le marché du nouveau système de défense aérien turc a joué un rôle essentiel dans les relations entre Paris et Ankara et dans l'accélération de la libération du journaliste Loup Bureau", avance le site. Libération annoncée le jour de la visite du ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, en Turquie.

Toujours poursuivi, et selon lui, inscrit sur la liste Interpol, Loup Bureau veut toujours "faire ce métier", "mais il y a aussi beaucoup de choses à raconter en France. Je ne sais pas si je repartirai…" Outre Loup Bureau, 184 journalistes sont détenus dans les prisons turques.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Turquie Liberté Presse
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790193903
Turquie : Loup Bureau raconte sa détention, "traité comme un terroriste"
Turquie : Loup Bureau raconte sa détention, "traité comme un terroriste"
Pendant 52 jours, le journaliste français de 27 ans a été en détention pour "terrorisme" en Turquie. Il s'ouvre et se confie dans les colonnes du site "Les Jours".
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/loup-bureau-raconte-sa-detention-traite-comme-un-terroriste-7790193903
2017-09-22 16:20:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/XCcaZ6zNN5GUJFowCor8eA/330v220-2/online/image/2017/0922/7790193918_loup-bureau-a-ete-expulse-de-turquie-le-18-septembre-2017-apres-52-jours-de-detention-pour-terrorisme.jpg