1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Levothyrox : "Il n'y a pas de scandale", répond Agnès Buzyn à Anny Duperey
2 min de lecture

Levothyrox : "Il n'y a pas de scandale", répond Agnès Buzyn à Anny Duperey

La ministre de la Santé a assuré qu'il fallait "écouter les personnes qui déclarent des effets secondaires". Elle a par ailleurs expliqué que l'ancienne formule du médicament devrait revenir sur le marché.

Agnès Buzyn sur le parvis de l'Élysée, le 28 juillet 2017
Agnès Buzyn sur le parvis de l'Élysée, le 28 juillet 2017
Crédit : bertrand GUAY / AFP
Levothyrox : "Il n'y a pas de scandale", répond Agnès Buzyn à Anny Duperey
01:10
Léa Stassinet

La polémique enfle autour du Levothyrox, ce médicament prescrit à plus de trois millions de personnes en France pour notamment traiter les troubles de la thyroïde. Crampes, maux de tête, des milliers de patients se plaignent ainsi d'effets secondaires "graves" de la nouvelle formule, d'après une pétition réclamant le retour à l'ancienne formule.

Et les premières offensives judiciaires sont dorénavant lancées. Selon nos informations, une habitante de l'Hérault a déposé une première requête devant le tribunal administratif de Montpellier contre le ministère de la Santé et l'Agence Nationale de la Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) alors qu'une cinquantaine de plaintes contre X avait déjà été déposées au parquet de Paris pour quatre motifs : "Non-assistance à personne en danger, mise en danger de la vie d'autrui, atteinte à l'intégrité de la personne et tromperie sur les qualités substantielles du médicament aggravée par une atteinte à la santé". 

Je ne sais pas quelle magouille il y a derrière

Anny Duperey

Parmi les patients ayant déposé une requête, l'actrice Anny Duperey dénonce un "scandale sanitaire". "Je ne sais pas quelle magouille il y a derrière", a-t-elle ajouté sur RTL. L'actrice estime ainsi que le ministère de la Santé couvre quelque chose, "pour insister à ce point-là dans le déni de ce que sentent des milliers de personnes". 

La ministre de Santé Agnès Buzyn réfute elle toute accusation. "Il n'y a pas de scandale", a-t-elle assuré sur RTL. "Il se passe une procédure normale qui est que l'Agence du médicament demande l'amélioration d'un produit qui n'est pas très stable, donc ça part d'une volonté d'améliorer un produit". 

L'ancienne formule bientôt disponible

À lire aussi

La ministre a également balayé les accusation de déni, assurant qu'il fallait "écouter" les "personnes qui déclarent des effets secondaires". "J'ai donc reçu les associations de malade, je leur ai dis que je cherchais très rapidement à leur offrir d'autres produits". Agnès Buzyn a par ailleurs affirmé que "l'ancienne formule" du Levothyrox "devrait normalement être disponible dans les semaines qui viennent". 

Son message n'a toutefois pas suffit à rassurer tous les patients, puisque pour la première foisune plainte a été déposée contre contre le ministère de la Santé et l'Agence Nationale de la Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM). Une mère de famille de l'Hérault affirmant être victime des effets indésirables du médicament a ainsi déposé une requête devant le tribunal administratif de Montpellier. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/