3 min de lecture Emploi

Les jobs de rêve se cherchent des candidats

REPLAY - Testeur de location estivale, ambassadeurs de hamacs ou VRP de Beaufort dans les alpages... La presse fait le tour des annonces pas comme les autres.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Les jobs de rêve se cherchent des candidats Crédit Image : Jens Meyer/AP/SIPA | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
et La rédaction numérique de RTL

Nous avons tous rêvé un jour d'être payés pour parcourir le monde, de tester des logements idylliques ou de passer quelques mois au vert? Les recrutements pour ces métiers de rêve existent et c'est le Parisien qui publie ce jeudi 13 avril les annonces et qui a retrouvé la pionnière en la matière. 

Élisa, avait décroché le meilleur job du monde il y a 4 ans,l'office du tourisme australien cherchait un représentant qui passerait 6 mois sur ses plus beaux sites touristiques. Elle avait eu le poste devant 300.000 candidats. La jeune femme a perçu 78.000 euros pour 6 mois de mission, qui ont changé sa vie. Depuis, elle est rentrée en France et elle est devenue "vendeuse de rêve" comme elle dit. La jeune femme propose des prestations de reportages sur un blog.
 
Si l'expérience du job qui fait rêver vous tente, vous pouvez postuler en ce moment pour être testeur de location pour un site de location de vacances. On cherche aussi des ambassadeurs de hamacs gonflables pour parcourir la France en van cet été et se prélasser sur un tout nouveau coussin. Mais le mieux, c'est colporteur de Beaufort : vous assurerez durant un CDD de 2 mois une campagne de publicité qui consiste à faire connaitre ce délicieux fromage savoyard aux touristes avec des animations tout l'été dans les alpages. 

François Hollande s'invite dans la campagne

"Cette campagne sent mauvais". Ce sont les mots de François Hollande interviewé par Franz-Olivier Giesbert  dans Le Point en kiosque ce jeudi 13 avril. Le chef de l'État sort donc de son silence et les éditorialistes se déchaînent. "Il fallait que tout change pour que tout reste pareil", écrit Michel Klekowicki dans Le Républicain lorrain.

François Hollande avait promis de ne pas intervenir  dans la campagne, il le fait quand même persuadé d'avoir un rôle à jouer dans une joute qui ne veut pas de lui. "Il ne faut pas chercher midi à quatorze heures", explique Patrice Chabanet dans Le journal de la Haute-Marne. Figure purement symbolique depuis son abdication, le chef de l'État veut tout simplement exister. Accro de la politique, la drogue d'une campagne électorale lui manque.
 
La couverture de Marianne représente les 5 principaux candidats photographiés la main sur le cœur. "Le palmarès d'une campagne bien pourrie", titre le magazine qui attribue des prix : le plus grand menteur,le plus gros tricheur, le plus traître, le plus parano ou encore le plus démago. 
 
On pourrait attribuer aussi le prix du sondage le plus bobo au site Slate qui publie une enquête sur le vote Stan Smith. "Pour qui votent les gens qui ont des baskets Stan Smith au pied". Slate a lancé une grande consultation et c'est Jean-Luc Mélenchon qui arrive en tête avec 34% devant Emmanuel Macron et ses 31%. 

Les hauts fonctionnaires craignent Marine Le Pen

À lire aussi
Bruno Lemaire à Washington, le 12 avril 2019 crise économique
Coronavirus : va-t-on devoir baisser nos salaires pour sortir de la crise ?

L'insoumission en marche, ce pourrait être aussi le titre de cette enquête de Mathieu Delahousse dans l'Obs, sur l'inquiétude qui gagne les hauts fonctionnaires. Ils sont au sommet de leur carrière : ambassadeur, préfet magistrat, patron d'une grande entreprise publique mais beaucoup s'interrogent sur la conduite à tenir en cas d'élection de Marine Le Pen. 

Partir, rester ou résister? "Notre boussole, dit un très haut fonctionnaire qui souhaite resté anonyme, c'est l' article 28 de la loi de 1983, un fonctionnaire doit refuser un ordre manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public". Le patron de Pôle Emploi dit s'interroger sur son avenir. Le patron de l'Insee a tranché : il continuera de fournir des statistiques économiques fiables, même si c'est pour Marine Le Pen.

Tous se retranchent pour le moment derrière leur devoir de réserve mais une poignée d'entre eux s'agitent pour lancer une alerte dès maintenant. Cela prendrait la forme d'un texte solennel signé d'un collectif  qui se cherche un nom mais qui pourrait se baptiser "Les Paul Didier", du nom du seul magistrat à ne pas avoir prêté serment au régime de Vichy en 1941. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Candidat Employeur
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants