1 min de lecture SNCF

Les infos de 7h - SNCF : Guillaume Pepy passe la main à Jean-Pierre Farandou

Le nouveau patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, va faire son entrée sur un terrain social miné, en pleine réforme ferroviaire.

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les infos de 7h - SNCF : Guillaume Pepy passe la main à Jean-Pierre Farandou Crédit Image : JACQUES DEMARTHON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Générique 3
Dominique Tenza édité par Eléanor Douet

C’est une page qui se tourne à la SNCF. Après 11 ans à la tête de l’entreprise, Guillaume Pepy passe la main à Jean-Pierre Farandou, qui prend ses fonctions ce vendredi 1er novembre. Un homme du "cru" comme on dit, une carrière 100% SNCF puisqu’il a démarré en 1981 en tant que chef de gare, avant de gravir tous les échelons.

Et c’est peut-être son avantage alors que l’entreprise traverse une crise sociale importante. Quelqu’un qui connaît le train, c’est plutôt bienvenu pour Didier Aubert de la CFDT. "Nous sommes impatients de le rencontrer. Je pense que les choses sont jouables de par son expérience dans l'entreprise", explique-t-il.

Un son de cloche un peu différent chez Sud Rail. Car même si Farandou se présente comme un cheminot, l’habit ne fait pas le moine. Pour Bruno Poncet, c’est avant tout un chef d'entreprise avec qui il faudra batailler.

A écouter également dans ce journal

Marseille - Six personnes ont été blessées dans une fusillade hier soir. Le tireur est toujours recherché. L'enquête s'oriente vers un coup de folie, et non un règlement de comptes, selon Samia Ghali. 

À lire aussi
La gare de Brest en 2018 gare
Les urinoirs de la gare de Brest enlevés au nom de l'égalité

Politique - Un après le début des "gilets jaunes", certaines figures du mouvement se lancent aux municipales. Et pour la plupart, en laissant le gilet jaune au vestiaire.

Brésil - L’un des fils du président Bolsonaro a évoqué hier la possibilité de restaurer un régime répressif, à l’image de la dictature militaire qui a tenu le pays jusqu’en 1985, si jamais la gauche se radicalisait et si la contestation chilienne s’étendait au Brésil.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
SNCF Guillaume Pepy Transports
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants