3 min de lecture Explosions à Beyrouth

Le stockage du nitrate d’ammonium en France représente-t-il un danger ?

ÉCLAIRAGE - En France, plusieurs dizaines de milliers d'endroits stockent du nitrate d'ammonium, parfois en grande quantité. Une explosion comme celle de Beyrouth est-elle possible ?

Des engrais à base de nitrate d'ammonium près de la gare de Saint-Malo en 2001
Des engrais à base de nitrate d'ammonium près de la gare de Saint-Malo en 2001 Crédit : GRÉGOIRE MAISONNEUVE / AFP
Coline Daclin Journaliste

Il serait le coupable dans les explosions de Beyrouth de mardi. Le nitrate d'ammonium est un produit explosif, utilisé notamment dans certains engrais, ou en chimie pour oxyder des matériaux. En France, c'est aussi lui qui était à l'origine de l'explosion de l'usine AZF près de Toulouse en septembre 2001. En cause, un mauvais stockage du produit. 

Mais alors aujourd'hui, qu'en est-il ? Le nitrate d'ammonium est largement présent en France. Interrogée par RTL.fr, la Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) de Bretagne parle de "plusieurs dizaines de milliers d'endroits en France" qui stockent des engrais à base de nitrate d'ammonium, "surtout dans les fermes".

En plus des agriculteurs, 47 entreprises disposent d'au moins 1.250 tonnes de produits à base de nitrate d'ammonium, nous indique le ministère de la Transition écologique. À cause de ce stock, elles sont classées Seveso. Parmi elles, 16 ont des stocks supérieurs à 5.000 tonnes et sont classées au seuil le plus haut de sécurité. Elles sont réparties aux quatre coins de la France : à Ambès (Gironde), à Mazingarbe (Pas-de-Calais), ou encore à Ottmarsheim (Haut-Rhin). La Seine-et-Marne, la Loire Atlantique et l'Ile-et-Vilaine en ont chacune deux. 

Pour rappel, il a suffit de quelque 300 tonnes de ce produit pour faire exploser l'usine l'AZF, et 2.700 tonnes pour les explosions de Beyrouth. Certaines ONG s'inquiètent donc. Pour Jacky Bonnemains, président de l'association "Les Robins des bois", la France pourrait bien connaître un drame similaire à celui de Beyrouth.

"Une des réglementations les plus strictes du monde"

À lire aussi
Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse sur la situation politique et économique au Liban le 27 septembre 2020 à Paris. Explosions à Beyrouth
Liban : Macron déclare avoir "honte" pour les dirigeants libanais

La France a pourtant des règles strictes sur le stockage et l'utilisation du nitrate d'ammonium, qui ont été renforcées après l'accident d'AZF. "C'est désormais l'une réglementations des plus strictes du monde", assure la DREAL Bretagne.

Le ministère de l'Agriculture dispose notamment d'un document de 8 pages sur la prévention vis-à-vis des engrais à base de nitrate d'ammonium. On y apprend que les engrais utilisés en France sont "difficiles à faire détoner", sauf s'ils sont contaminés par des produits dits "incompatibles" ou des combustibles, s'ils sont chauffés ou en cas d'"impact très violent" sur le produit. 

Mais même s'il ne provoque pas d'explosion, le nitrate d'ammonium peut aussi dégager des gaz toxiques en se décomposant ou causer des problèmes respiratoires et cutanés en cas de contact prolongé. Pour toutes ces raisons, les agriculteurs qui stockent des engrais à base de nitrate d'ammonium doivent tenir ces produits loin des sources de chaleur et les isoler des autres produits qui peuvent potentiellement les contaminer. 

Toutefois, comme le rappelle Jacky Bonnemains au micro de RTL.fr, "un exploitant agricole peut avoir chez lui 250 tonnes de nitrate d'ammonium sans avoir à le déclarer à qui ce soit". Dans ce cas, on laisse donc la responsabilité à l'exploitant.

Au delà de 1.250 tonnes, le classement Seveso

Au-delà de 250 tonnes, les exploitants et entreprises sont contrôlés de manière périodique. Au dessus de 1.250 tonnes, les entreprises peuvent être classées Seveso et il leur faut donc une autorisation spéciale du préfet avec une consultation du public. C'est la Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) qui s'occupe alors des contrôles. Une fois tous les trois ans pour les sites Seveso seuil bas, et une fois par an pour les plus dangereux

Pour autant, l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen en septembre 2019 a montré que des accidents peuvent survenir, même dans les usines censées être les mieux protégées. La DREAL de Bretagne nous assure que depuis, les contrôles a été renforcés, avec une augmentation de 50% du nombre de contrôles annuels.

Si les exploitants ou les entreprises ne respectent pas les règles, ils sont mis en demeure de s'y conformer, sans quoi le préfet peut leur demander de cesser leur activité. 

Le problème du transport

Mais un problème pourrait aussi survenir avant l'arrivée du nitrate d'ammonium dans les usines, au moment du transport par exemple. Même si les ports respectent des règles strictes en la matière (interdiction de stocker le produit sur place, surveillance des moyens de lutte contre un éventuel incendie...), un port comme Saint-Malo peut accueillir, selon France Bleu Armorique, jusqu'à 7.500 tonnes de nitrate d'ammonium au même moment. En décembre, un cargo transportant 4.000 tonnes du produit était aussi resté plusieurs semaines à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) : aucun port ne voulait prendre la responsabilité de sa cargaison.

Selon Jacky Bonnemains, il existe aussi un risque dans les camions, avec des sacs de nitrate d'ammonium "qui tombent par terre parce que l'assemblage était insuffisamment surveillé". 

Face à ce produit potentiellement dangereux, certaines ONG proposent d'interdire le nitrate d'ammonium en France, et de changer complètement le modèle agricole du pays en supprimant les engrais chimiques qui en contiennent. Interrogé sur les possibilités de substitution aux engrais à base de nitrate d'ammonium, le ministère de l'Agriculture n'a pas donné suite.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Explosions à Beyrouth Agriculture Dangereux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants