2 min de lecture Littérature

Le pluriel d'un œil n'est pas toujours des yeux

On peut parfois dire "un œil, des œils". Dans cette dernière chronique de la saison, Muriel Gilbert revient sur quelques pluriels inattendus.

Un bonbon sur la langue - Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert iTunes RSS
>
Le pluriel d'un œil n'est pas toujours des yeux Crédit Image : Pixnio/pics_pd | Crédit Média : Muriel Gilbert | Durée : | Date : La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert

Que diriez-vous, amis des mots, si je vous racontais que le pluriel d’"un œil" peut être "des œils", ou que, parfois, "chevau" est un singulier ? Vous me diriez peut-être que c’est ma dernière chronique avant les vacances et que ça tombe bien parce que je semble en avoir bien besoin, de vacances. 

Que nenni, chers amis, vous allez voir que je suis encore très en forme. C’est vrai, le pluriel normal du mot œil, c’est yeux : un œil, deux yeux. Rappelons quand même, pour l’anecdote, que ce pluriel que je viens de qualifier de "normal" est en fait le plus irrégulier de la langue française. Un pluriel régulier, en français, c’est un "s" ajouté au singulier : "Une plage, des plages" avec un "s","un parasol, des parasols". 

Un pluriel irrégulier, ça peut être "un journal/des journAUX", "un bijou/des bijouX". Mais en général, le début du mot reste le même. "Œil" est le seul mot qui change du tout au tout au pluriel, de la première à la dernière lettre : O.E.I.L donne Y.E.U.X, ce qui n’a… rien à voir. Mais dans certains cas, on peut dire "des oeils". Par exemple, cette fenêtre arrondie qu’on appelle un "œil-de-bœuf"; eh bien si on en a plusieurs, ce sont "des œils-de-bœuf"… et non des yeux-de-bœufs, ce qui serait fort étrange.

"Des oeils" quand ils désignent une ouverture

Et on écrit des "œils-de-bœuf", avec deux traits d’union, un "s" à œil mais pas de "s" à bœuf car autrement, cela se prononcerait "bœufs" ["beu"]. Idem pour cette pierre qu’on appelle un œil-de-tigre, le pluriel est "des œils-de-tigre" ("s" à œil mais pas à tigre), et idem encore pour "l’œil-de-perdrix" qui fait mal au pied de Mémé : "Un œil-de-perdrix, des œils-de-perdrix". Il y a d’autres œils au pluriel, dans le vocabulaire technique, quand l’œil désigne une ouverture : on parle des œils des caractères d’imprimerie, des œils des voiles, des œils des marteaux, etc.

Un "chevau" pour évoquer un soldat de la cavalerie

À lire aussi
portrait Molière histoire
La Curiosité retourne à l'école : Molière n'avait rien du comédien pauvre et maudit

Et puis il y a ce singulier singulier : chevau. C’est un peu un truc de champion de dictée : on dit "un chevau-léger", chevau sans "x" final. Il s’agit d’un soldat de la cavalerie légère qui a existé du XVIe au XIXe siècle. Et tenez, pour revenir aux bœufs de tout à l’heure, on dit bien "un bœuf, des bœufs", mais il y a un cas où l’on prononce "un bœuf, des bœufs" ["un beuf des beuf"]… Un jazzman qui fait un bœuf par semaine avec ses potes fait quatre bœufs [prononcez : "beuf"] par mois – et non quatre bœufs ["beu"] bien sûr !


Et comme c’est ma dernière chronique de la saison, je vous propose qu’on parle langue française en face à face cet été sur vos lieux de vacances : je vous attends en Normandie samedi 20 et dimanche 21 juillet 2019, au festival du livre du joli port de Saint-Vaast-la-Hougue, qui vient d’être élu village préféré des Français dans l’émission de Stéphane Bern, et je vous retrouve en Bretagne, samedi 10 août, à Sarzeau, à la librairie qui porte le nom délicieux de "La Mouette à la page". Bonnes vacances !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Mots
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants