1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. "Le Grand Débat" : un moment de "télé-réalité", selon Guillaume Roquette

"Le Grand Débat" : un moment de "télé-réalité", selon Guillaume Roquette

DÉBAT - Alain Duhamel et Guillaume Roquette reviennent sur la confrontation animée du 4 avril, entre les 11 prétendants à l'Élysée.

Le débat télévisé réunissant la totalité des onze candidats à la présidentielle a duré plus de 3 heures le 4 avril 2017
Le débat télévisé réunissant la totalité des onze candidats à la présidentielle a duré plus de 3 heures le 4 avril 2017
Crédit : AFP / Lionel Bonaventure
"Le Grand Débat" : un moment de "télé-réalité", selon Guillaume Roquette
09:55
"Le Grand Débat" : un moment de "télé-réalité", selon Guillaume Roquette
09:59
Calvi-245x300
Yves Calvi
Animateur

Pour la première fois, les 11 candidats à l'élection présidentielle se sont affrontés en direct, pendant près de quatre heures lors du Grand Débat organisé par BFMTV et Cnews. Union européenne, moralisation de la vie politique, lutte contre le terrorisme, plusieurs thèmes ont été évoqués, laissant place à de nombreuses passes d'armes. Mais dans le fond, ce débat a-t-il été utile aux potentiels électeurs ? Qui de Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François AsselineauNathalie Arthaud, François Fillon, Philippe Poutou, Jacques Cheminade, Benoît Hamon,  Jean Lassalle ou Nicolas Dupont-Aignan a su tirer son épingle du jeu ? 

Ce débat était "inévitable d'un point de vue démocratique", estime Alain Duhamel. "Il fallait bien qu'on voit les candidats, mais une fois ça suffit. Au bout de quatre heures on se disait 'pitié !'", poursuit l'éditorialiste, qui explique qu'on a en réalité eu affaire à deux débats : "l'un entre les présidentiables, et l'autre entre des gens qui avaient leur quart d'heure de lumière quinquennal". 

Pour Guillaume Roquette, nous avons assisté ce mardi 4 avril à un "moment de télé-réalité". Le directeur de la rédaction du Figaro explique : "C'était un exercice où on va chercher des gens supposés être représentatifs des Français qui en fait ne le sont pas. Ce sont des personnalités un peu outrées, vous avez la révolutionnaire professionnelle, le fils de berger avec un accent extraordinaire, l'ouvrier d'usine avec une faconde qu'on pensait disparue. Vous les mettez ensemble et vous leur dites : 'Qu'est-ce que vous pensez des grands problèmes du moment ?'. Ce n'était pas un débat présidentiel mais cela a montré à quel point le pays était fracturé", juge Guillaume Roquette. 

Personne ne se détache du côté des présidentiables

Du côté des "gros" candidats, personne n'est réellement sorti du lot, pour Alain Duhamel. "Ils continuaient de se marquer les uns les autres, et chacun essayait de faire différemment de la foi d'avant (le débat du 20 mars, ndlr), sauf Jean-Luc Mélenchon qui tentait de répéter ce qu'il avait réussi. Benoît Hamon essayait de s'imposer davantage, Marine Le Pen cherchait à être plus pugnace, Emmanuel Macron essayait de répliquer systématiquement, et François Fillon, s'est d'abord montré absent avant de se révéler très bon", souligne l'éditorialiste. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

En revanche, pas d'hésitation pour désigner le vainqueur de ce débat chez les "petits" candidats : "Philippe Poutou !", s'exclame Alain Duhamel. "Il a eu la meilleure formule et la plus vraie, quand il a dit à Marine Le Pen qu'il y avait des immunités parlementaires mais qu'il n'existait pas d'immunité ouvrière". Un avis que ne partage pas Guillaume Roquette, qui a trouvé la formule "démagogique".

"Je suis moins indulgent que vous sur Philippe Poutou", explique-t-il, regrettant "cette espèce de caricature où l'on montre une classe ouvrière exploitée par les méchants capitalistes. Oui il y a de la détresse dans ce pays mais il y a un côté défaitiste, pleurant, triste chez tous les candidats, qui était un peu désespérant", déplore l'éditorialiste.

La rédaction vous recommande
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/