1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Langues régionales : une proposition de loi qui fait débat

Langues régionales : une proposition de loi qui fait débat

L'enseignement des langues régionales sème le trouble au sein même du gouvernement.

Que nous reste-t-il des langues régionales en France ?
Que nous reste-t-il des langues régionales en France ?
Langues régionales : une proposition de loi qui fait débat
02:37
Générique 1
Jacques Serais
Journaliste

Les langues régionales refont parler d'elles depuis l'adoption d'une proposition de loi le mois dernier à l'Assemblée contre l'avis du gouvernement. Depuis, le Conseil constitutionnel s'en est mêlé. 

Aujourd'hui, en métropole, huit langues régionales sont enseignées : breton, gallo, basque, corse, catalan, occitan, francique ou encore alsacien. Environ 10.000 élèves apprennent le basque, un tiers d'une classe d'âge dans la région, 20.000 élèves suivent des cours de breton, 8% des élèves de la région Bretagne. 

Selon l'auteur de cette proposition de loi, le député Paul Molac (Libertés et Territoires),  il s'agit de donner une reconnaissance à ces langues enseignées dans le public, le privé et des structures associatives. 

La proposition de loi vise à reconnaître ces associations qui font de l'enseignement immersif jusqu'en CE1. La langue de l'école n'y est pas le français, mais la langue régionale, avant de basculer sur un enseignement bilingue dès le CE2

À lire aussi

La pratique était jusqu'alors tolérée, mais pas reconnue. Sur le papier, ces écoles vont pouvoir bénéficier du forfait scolaire, les aides des communes pour les établissements publics. 

Débat au sein du gouvernement

Mais coup dur la semaine dernière, en plus de proscrire le tilde (~), le Conseil constitutionnel a censuré l'enseignement immersif, qui justifie l'existence même de ces écoles associatives. Les Sages se fondent sur l'article 2 de la Constitution selon lequel la langue de la République est le français. 

Le sujet est explosif au sein même du gouvernement. Jean-Michel Blanquer est totalement opposé à la proposition de loi, mais face à lui se trouve le druide breton, Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères. 

Jean Castex a missionné deux députés pour faire un rapport et Emmanuel Macron a dû entrer dans le débat en assurant sur Facebook que "rien ne saurait entraver l'enseignement immersif en langue régionale". 

Cela ressemble à un contre-pied du chef de l'État face aux Sages. À quelques semaines des élections régionales, le sujet peut apparaître comme un thème de campagne et Emmanuel Macron semble l'avoir bien compris.

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/