1 min de lecture Écologie

La Convention citoyenne sur le climat "ne doit pas servir d'écran de fumée", dit Élodie Martini-Cousty

INVITÉE RTL - 150 citoyens tirés au sort se réuniront à partir de juin au sein du CESE pour plancher sur des mesures sur le climat. Mais pour Élodie Martini-Cousty, présidente du groupe environnemental et nature, ces travaux doivent associer des professionnels.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
La Convention citoyenne sur le climat "ne doit pas servir d'écran de fumée", dit Élodie Martini-Cous Crédit Image : AFP / Archives, Jacques Demarthon | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Sarah Duhieu

Le ministre de l'Écologie a dévoilé, dimanche 19 mai, les contours de la Convention citoyenne pour le climat : 150 citoyens tirés au sort plancheront, dès le mois de juin, sur des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique au sein du Conseil économique, social et environnemental (CESE). Mais cette convention ne convainc pas Élodie Martini-Cousty, membre du bureau national de France Nature Environnement et présidente du groupe environnemental et nature au CESE.

"Une assemblée de 150 citoyens, quand le CESE représente 26 millions de personnes par l'ensemble des organisations qui y sont présentes, ça fait pâle figure", déclare-t-elle, ce lundi 20 mai, au micro de RTL.

"Ça fait 50 ans qu'on travaille sur les questions d'environnement et qu'on apporte des propositions en permanence à tous les gouvernements qui se sont succédé", poursuit-elle. "On est sur le terrain, on voit comment ça se passe dans les régions".

Un "écran de fumée" ?

Ces 150 citoyens tirés au sort travailleront un week-end sur trois pendant six mois et seront défrayés. Ils auditionneront des experts du climat et des économistes pour livrer des mesures cohérentes sur le climat. Un dispositif qui laisse Élodie Martini-Cousty dubitative. L'environnement est "un sujet très technique, acculturer tous ces citoyens va prendre du temps", prévient-elle. "Ils ne verront sans doute pas tous les enjeux techniques et de financement".

À lire aussi
Élisabeth Borne, au Grand Jury, le 8 décembre 2019 Donald Trump
Propos de Trump sur les toilettes : il est "à contresens de l'Histoire", selon Borne

Elle craint également que cette convention ne soit pas suivie d'effet de la part du gouvernement. "Cette convention ne doit pas servir d'écran de fumée sur des mesures qui ne seront pas prises", alerte-t-elle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Écologie Environnement Citoyens
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants