1 min de lecture Terrorisme

"L'Éducation nationale, c'est le temple des lâchetés", pour Fatiha Agag-Boudjahlat

INVITÉE RTL - La professeure d’histoire-géographie et essayiste regrette les "lâchetés" dans l'affaire Samuel Paty, enseignant assassiné vendredi 16 octobre après avoir montré en classe des caricatures du prophète Mahomet.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
"L'Éducation nationale, c'est le temple des lâchetés", assure Fatiha Agag-Boudjahlat Crédit Image : Bertrand GUAY / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura édité par Coline Daclin

La France rend hommage ce mercredi 21 octobre au soir à Samuel Paty. L'enseignant d'histoire-géographie avait été assassiné vendredi 16 octobre après avoir montré en classe des caricatures du prophète Mahomet. 

Fatiha Agag-Boudjahlat, professeur d'histoire-géographie dans un collège de Toulouse mais aussi essayiste, militante féministe et laïque, pense d'abord à "l'immense solitude qu'a dû ressentir [son] collègue". Elle regrette "la réaction de la principale" et le fait qu'il n'y ait pas de sanction envers elle. Pour Fatiha Agag-Boudjahlat, "on couvre les fautes" de cette principale et de l'inspection académique.

"L'Éducation nationale, c'est le temple des lâchetés", soutient l'essayiste. "On a failli", insiste-t-elle. Elle déplore l'attitude des chefs d'établissements qui se placent comme des "médiateurs" entre les enseignants, les parents et les enfants, alors que Samuel Paty a respecté le programme de l'Éducation nationale

"La liberté d'expression, c'est quand ça gratte", poursuit-elle, en expliquant qu'elle même montre de nombreuses caricatures à ses élèves.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Islamisme Attentat
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants