4 min de lecture Droit au logement

L'ancien footballeur international, devenu sdf, est mort de froid dans l'indifférence

REPLAY - Joachim Fernandez était un ancien défenseur sénégalais passé par les Girondins de Bordeaux.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
L'ancien footballeur international, devenu sdf, est mort de froid dans l'indifférence Crédit Image : AFP/N.Tucat | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
et La rédaction numérique de RTL

Il est mort le 18 janvier, le même jour que l'écrivain Michel Tournier et que le guitariste des Eagles, mais lui est mort dans l'anonymat total, dans un entrepôt désaffecté de Domont dans le Val-d'Oise. "La nuit avait été glaciale, il était sdf, il avait 43 ans, il n'a pas survécu au froid", racontait à l'époque un article du Parisien qui expliquait que c'est un autre sans-abri qui l'avait découvert mort le matin. Deux mois et demi plus tard, ce sans-abri qui avait découvert son copain mort parle dans le mensuel So Foot.

Parce qu'entre temps, on a rendu son nom au sdf qui était tout sauf anonyme. Et même son compagnon de galère peine à le croire, quand So Foot lui montre la vidéo de son pote, sur un terrain de foot à côté de Zinedine Zidane... Son copain mort s'appelait Joachim Fernandez mais ne lui avait jamais parlé de son ancienne vie d'ancien défenseur sénégalais passé par les Girondins de Bordeaux à la grande époque de l'épopée du club en coupe d'Europe face au Milan AC... C'était il y a pile 20 ans. Flavien Boris et Mathias Edwards de So Foot ont voulu savoir comment 20 ans plus tard, le coéquipier de Zidane et Lizarazu a pu finir par vivre, dormir et donc mourir dans la rue. Une enquête entre désillusion et fierté.

Joachim Fernandez était arrivé du Sénégal en 1993 après avoir été repéré par les Girondins, il est prêté une saison à Sedan puis à Angers avant de revenir chez les Girondins, où il disputera la rencontre mythique gagnée 3-0 contre le Milan AC. Ce sera la période la plus faste de sa vie de footballeur. Bordeaux ne le garde pas à la fin de la saison, il part jouer à Caen avant d'aller en Italie et de rejoindre le Milan AC en 99, mais il ne brille pas, il n'y disputera pas un seul match et va finir par se blesser au genou gauche. Il a 29 ans, sa carrière de footballeur est terminée. 

Commencent alors de longues années de galère. Il n'a plus d'argent après avoir envoyé une bonne partie de ses salaires à sa famille restée au Sénégal, le reste il l'a distribué sans compter, il s'est ensuite séparé de sa femme, n'a plus vu leur fils et Joachim atterrit un beau jour au milieu des sdf de Domont dans le Val d'Oise qui ne sauront rien de son glorieux passé sur les terrains. Tout juste s'étonnaient-ils de l'entendre parler anglais, espagnol, italien, vestige de sa carrière internationale balbutiante. Il refusera toutes les mains qu'on lui tend, chacun le croira à l'abri chez un ami ou un cousin, personne ne savait qu'il était à la rue. "Sur la fin, il me paraissait si fatigué, si abattu" dit la patronne du bar-tabac de Domont que Joachim Fernandez fréquentait. Quatre pages pour lui rendre hommage, donner un nom à un mort de la rue.

Du paradis fiscal à l'enfer Panama Papers

À lire aussi
Girondins de Bordeaux
Bordeaux : un footballeur à l'hôpital après une bagarre chez les Girondins

La presse n'a pas de mots assez durs pour stigmatiser "le nouveau scandale de Panama". "L'onde de choc" titre la plupart des journaux. Libération entonne en une "l'internationale de l'évasion", c'est la lutte fiscale. L'Alsace parle "de tsunami de boue". Un tsunami qui n'en est qu'à ses débuts, les révélations continuent toute la semaine, d'autres noms vont sortir. 

Le site Médiapart s'intéresse lui au cabinet panaméen à l'origine du scandale, la firme Mossak Fonseca un carrefour des scandales français titre Médiapart qui a fait le lien entre Mossack Fonseca et à peu près tous dossiers qui agitent la chronique française depuis plusieurs années. Karachi, Guérini, Balkany, Cahuzac, UBS, HSBC, à chaque fois la structure panaméenne apparaît comme un acteur indispensable de la dissimulation  auquel ont eu recours les protagonistes  soit pour cacher l'origine et la destination d'argent occulte  soit pour disparaître derrière des sociétés-écrans qui protègent leur identité. 

Le site Slate lui s'est penché sur les "petites histoires" de Panama Papers, au delà des cas les plus médiatisés. Alors il y a des révélations sur des maris divorcés qui ont planqué une partie de leur argent avant de divorcer et puis les révélations de la presse ont permis aussi d'élucider le mystère du casse du siècle en Grande-Bretagne. Il remonte à 1983 quand un dépôt de la Brinck près de l'aéroport d'Heathrow se fait dépouiller de 3 tonnes et demie d'or! Arrêté puis condamné, le commanditaire du hold-up  n'avait jamais révélé où était passé le butin. Eh bien son nom apparaît dans les fichiers Panama Papers, il a créé une société off-shore pour blanchir l'or du casse.

L'ancre du navire responsable de l’épidémie de peste de 1720 exposée

Direction Marseille avec en une de La Provence ce matin, la photo de l'ancre d'un bateau, pas n'importe lequel, l'ancre du grand Saint-Antoine, un vaisseau dont l'épave avait été découverte en 1978 dans une crique au sud de Marseille. 37 ans plus tard, l'ancre a pu être renflouée et restaurée, et elle trône depuis lundi 4 avril à l'entrée du musée d'histoire de Marseille. Car cette ancre de 800 kilos fait bien partie de l'histoire de la cité phocéenne. C'est elle qui en 1720 avait permis au grand Saint-Antoine de s'amarrer au vieux port qu'on appelait à l'époque le lacydon pour y livrer des étoffes venues du Moyen-Orient, mais le bateau avait une autre cargaison : la peste

L'épidémie se propagea à l'ensemble de la ville puis à tout le sud-est de la France en quelques jours, décimant la moitié de la population de Marseille et tuant au total 100.000 personnes. C'était il y a presque 300 ans ! Trois siècles plus tard, la ville est aux prises avec d'autres naufrages, celui des règlements de compte et celui de l'OM et d'ailleurs c'est aussi en une de La Provence, "silence l'OM coule". Pas sûre que son encre sera un jour exposée au Vélodrome.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Droit au logement Mort SDF
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants