1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Hôtellerie-restauration : pourquoi le secteur a tant de mal à recruter
1 min de lecture

Hôtellerie-restauration : pourquoi le secteur a tant de mal à recruter

INVITÉ RTL - 200.000 postes ne trouvent pas preneur dans le secteur de l'hôtellerie-restauration. Mathieu Plane, économiste à l'OFCE, tente d'expliquer pourquoi autant de postes sont à pouvoir.

La terrasse vide d'un restaurant fermé sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris, le 12 novembre 2020 (illustration).
La terrasse vide d'un restaurant fermé sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris, le 12 novembre 2020 (illustration).
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
"Le secteur de l'hôtellerie-restauration a été extrêmement touché" affirme un économiste
04:32
"Le secteur de l'hôtellerie-restauration a été extrêmement touché" affirme un économiste
04:32
Yves Calvi_
Yves Calvi - édité par Charlotte Diry

Actuellement, plus de 200.000 emplois sont vacants dans le secteur de l'hôtellerie-restauration en France. Mathieu Plane, économiste à l'Observatoire Français des Conjonctures Économiques, revient sur cette problématique.

Pour lui, le fait que qu'il y ait autant d'emplois qui ne trouvent pas preneurs vient en grande partie de la crise sanitaire : "Le problème, c'est la crise et la désorganisation que cela peut créer sur le marché du travail. En particulier dans le secteur de l'hôtellerie-restauration qui a été extrêmement touché, qui a été fermé pendant plusieurs mois, qui a réouvert assez rapidement et qui a eu besoin de recruter beaucoup de monde en peu de temps. Sachant qu'une partie des personnes qui travaillaient dans ce secteur sont allées dans d'autres secteurs ou se sont retrouvées en situation de chômage partiel", commence le spécialiste.

On voit à peu près un tiers des salariés qui bougent chaque année

Mathieu Plane, économiste

Si de nombreuses personnes ont quitté le secteur, c'est parce qu'il y a un flux important au sein de celui-ci. "On voit à peu près un tiers des salariés qui bougent chaque année. Donc il y a une forte rotation de la main-d'œuvre et celle-ci était d'autant plus élevée cette année", explique Mathieu Plane.

Une partie du personnel qui travaillait dans ce secteur s'est alors tournée vers d'autres secteurs qui recrutaient, durant la période où hôtels et restaurants étaient fermés. "Ils ne sont pas forcément revenus à la réouverture des restaurants. D'où les grandes difficultés de ces secteurs-là à recruter", conclut l'économiste de l'Observatoire Français des Conjonctures Économiques.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/