1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Emploi : plus d’un million d’offres à pourvoir en France, comment faire pour recruter ?
2 min de lecture

Emploi : plus d’un million d’offres à pourvoir en France, comment faire pour recruter ?

Mercredi 8 septembre, 1.035.467 offres d'emploi étaient disponibles sur le site de Pôle Emploi. Et il n'y a pas que la question des salaires qui freine le recrutement.

Un entretien d'une jeune femme chez Pole Emploi (illustration)
Un entretien d'une jeune femme chez Pole Emploi (illustration)
Crédit : AFP
Plus d'un million d'emplois sont disponibles sur Pôle Emploi
02:48
Plus d'un million d'emplois sont disponibles sur Pôle Emploi
02:48
Sophie Aurenche - édité par Charlotte Diry

Alors que la France tente de sortir d'une crise majeure, de nombreux postes sont à pourvoir. 1.035.467 offres précisément étaient disponibles sur le site de Pôle Emploi mercredi 8 septembre. Même si la moitié seulement sont des CDI.

Si le salaire coince, ce n'est pas la seule raison. Condition nécessaire, augmenter les salaires donc, mais cela ne suffira pas. Dans les secteurs très en tension, les patrons n'auront pas le choix. Plus 4%, 5% voire plus selon certains économistes. Mais il faut aussi améliorer la qualité des contrats proposés. Tenir compte des attentes des salariés qui ont changé. Les horaires, la formation, les conditions de travail, intégrer aussi les résistances à la mobilité, car les loyers s'envolent dans les grandes villes. 

La restauration est un des domaines concernés. Elle a un gros besoin de main-d'œuvre. Avec 100 000 postes vacants, plus autant de salariés sans doute qui ne veulent pas revenir travailler après les différentes fermetures. 

Des salariés exigeants, mais pas forcément sur le salaire

Dans un groupe de restaurants à Paris, le patron cherche cinq cuisiniers pour compléter son équipe de trente. Chez lui, un chef de parti qui a 5 ans d'expérience, gagne 2.400 euros brut par mois, soit 1.950 euros net. Cela correspond à 14,50 euros brut de l'heure. Mais que disent les candidats qu'il rencontre ? "Je ne veux pas de coupure entre deux services, je n'ai pas envie de travailler le week-end, je veux profiter de mes enfants".

À écouter aussi

La question du salaire vient en fait, en troisième ou quatrième position. Ce patron a donc décidé d'innover. Il propose aux candidats cuisiniers, un salaire moins élevé, 1.800/2.000 euros brut par mois contre 2.400 mais pour un seul service et non deux. Il n'y a donc plus de coupure ou alors quatre jours de travail et trois jours de repos. 

Même schéma dans le domaine de la santé

C'est pareil pour la santé, secteur mis à rude épreuve. C'est le cas avec les aides-soignants. Environ 60.000 postes restent vacants. Salaire d'embauche dans le public : 1.550 euros brut par mois. Plus les 206 euros du Ségur de la santé. Mais à quoi bon cette augmentation si vous êtes en arrêt maladie à 50 ans parce que vous avez le dos cassé, dit par exemple la CFDT Santé. 

Dans le secteur des Ehpad, chez Korian, on compte 2.500 aides-soignants en poste, il leur en manque 153. Salaire d'embauche, 1.906 euros sans les primes. On manque aussi d'infirmières. Et dans les régions en grande tension, près des frontières, le groupe est prêt à proposer à des infirmières 500 euros de plus par mois, afin de les retenir et éviter qu'elles aillent en Belgique ou en Suisse. 

Mais la réflexion est plus globale. Quelle formation ? Quelle perspective d'évolution ? Comment développer par exemple les rails de transfert pour éviter de porter les patients ? Comment mettre aussi en place un suivi psychologique ?
Le salaire ne suffit donc plus, comme on peut le voir chez Aladom, plateforme spécialisée dans les offres d'emplois autour du service à la personne. Plus 5% d'augmentation de salaire dans les annonces, mais aussi des aides au déménagement, des aides pour trouver une place en crèche, la reprise de l'ancienneté. Le salaire est donc un critère important, indispensable, mais pas le seul pour réduire le nombre d'offres non pourvues. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/