3 min de lecture Environnement

Haute-Garonne : il envoie des milliers de graines de fleurs pour sauver les abeilles

REPORTAGE - Un apiculteur de Haute-Garonne, avec ses amis, a envoyé par la Poste des milliers de graines de fleurs dans toute la France pour lutter contre la disparition des abeilles. L'opération a été un véritable succès.

Micro générique Switch 245x300 Vous êtes comme ça La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Haute-Garonne : il envoie des milliers de graines de fleurs pour sauver les abeilles Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Patrick Isson édité par Cassandre Jeannin

Face aux dangers qui guettent les abeilles, de plus en plus victimes de pollution et de destruction des habitats naturels, un apiculteur de Haute-Garonne organise une opération qui connaît un immense succès. En février dernier, il a offert à chaque personne qui le souhaitait, un sachet de graines de Phacélie, une plante très appréciée des abeilles

L’objectif est que tous les citoyens qui participent, reconstituent des espaces naturels où les abeilles pourront venir butiner. Depuis le début de l’année, chaque samedi, des bénévoles se réunissent chez Nicolas Puech, l’apiculteur à l’origine du projet pour répondre aux milliers de lettres qui arrivent chaque jour à son domicile.

"À l’intérieur de ces courriers on a des petits mots, des dessins d’enfants ou un petit chèque pour l’association et enfin une enveloppe affranchie avec l’adresse de la personne qui va servir au retour des graines de Phacélie", assure Nicolas Puech.

Josiane, une bénévole, vient d’ouvrir une lettre : "Il s’agit de deux petites filles qui ont dessiné une ruche avec de jolies petites abeilles, c’est très mignon, on va leur envoyer plein de graines... Sans les abeilles nous ne serions pas là, dit-elle. À ses côtés, Nicolas rectifie : "Moi je pense qu’on serait là mais on ne mangerait que des pommes de terre donc la vie serait moins joyeuse... L’abeille est un symbole mais il y a aussi les coccinelles, les papillons, toute la biodiversité qui est en danger." 

Nicolas Puech, l'apiculteur à l'origine du projet.
Nicolas Puech, l'apiculteur à l'origine du projet. Crédit : Patrick Isson

Du partage et de la solidarité

À lire aussi
Les images de la marée noire à l'île Maurice environnement
DIAPORAMA - Marée noire à l’île Maurice : les images de la catastrophe écologique

Nicolas explique son choix des graines de Phacélie : "La Phacélie, on peut la planter du mois de mars jusqu’au mois d’octobre, elle va fleurir deux mois après. C’est une plante qui offre beaucoup de nectar et les abeilles en raffolent car ça leur donne beaucoup d’énergie ". En effet, cette plante ressemble à une fougère ornée de jolies fleurs violettes. 

L'opération a aussi permis à de nombreux habitants de se rencontrer. Nicolas Puech le reconnait : "Dans nos campagnes, on ne se parle plus beaucoup. Cette opération est très appréciée par nos anciens, ça leur permet de rompre leur solitude et de se sentir utiles. C’est la première fois que je viens, c’est très sympa, on a à boire, à manger, on a des amis, on papote au coin du feu... C’est du boulot mais on le fait avec plaisir tellement cette cause nous tient à cœur ".


L’an dernier, 70.000 sachets de trèfles avaient été envoyés. Cette année, ce sont 100.000 sachets de graines de Phacélie qui seront distribués. La poste de Saint-Gaudens n’en revient pas. "On rigole avec la poste quand elle nous dit qu’on reçoit plus de courrier que le père Noël, donc on va dire que l’on est le père Noël des abeilles", plaisante Nicolas Puech. 

Des résultats à la hauteur malgré le confinement ?

L'opération a été un immense succès, le stock a été rapidement épuisé. 100.000 sachets ont été distribués cette année en France mais aussi en Belgique et dans le reste du monde. Le dispositif va être reconduit l'année prochaine afin de reconstituer des espaces naturels pour les abeilles. 

Si l'apiculteur et ses abeilles ont pu circuler librement, pour Nicolas Puech la vente de miel s'est effondrée avec une baisse de près de 80%. La raison de cette baisse : les conditions climatiques avec des coups de chaud et de très froid. 

Le confinement a permis de "nous recentrer sur l'aspect environnemental et de production, soin et élevage d'abeilles", explique-t-il. "Les abeilles sont actuellement en montagne, butinent dans les forêts et produisent beaucoup de miel. Donc pour nous c'est un bon repère, ça veut dire que la biodiversité et les arbres vont bien", précise l'apiculteur. "On invite toute le monde à mettre des petites coupelles d'eau dans le jardin puisque c'est de plus en plus utile aujourd'hui", conclut-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Abeilles Animaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants