2 min de lecture Guyane

Guyane : où en est la situation, deux semaines après le début des manifestations ?

ÉCLAIRAGE - Le collectif guyanais a rejeté l'offre de près d'un milliard d'euros proposée par le gouvernement. En retour, un plan d'investissement de 2,5 milliards d'euros est exigé.

Des manifestants à Cayenne, le 28 mars 2017
Des manifestants à Cayenne, le 28 mars 2017 Crédit : JODY AMIET / AFP
Clarisse Martin
Clarisse Martin
et AFP

À moins de trois semaines du premier tour du scrutin présidentiel, la Guyane s'invite dans la campagne. Depuis deux semaines, le territoire ultra-marin est en proie à de nombreux mouvements sociaux, portant des revendications sécuritaires, économiques et sociales. L'État est également au cœur des mobilisations, accusé de sous-investir dans cette région d'Amérique du Sud depuis plusieurs décennies.

Ce lundi 3 avril, une réunion à Matignon sous la houlette du premier ministre Bernard Cazeneuve est organisée, avec notamment le ministre de l'Intérieur Mathias Fekl et son homologue de l'Outre-Mer, Ericka Bareigts. Ces deux derniers membres se sont rendus à Cayenne, où ils ont rencontré une délégation des manifestants au beau milieu de la grève générale, votée le 25 mars.

En marge des discussions, Mickaël Mansé, l'un des porte-paroles des "500 frères contre la délinquance", un mouvement très actif depuis le début des revendications, avait déclaré que "le combat ne [faisait] que commencer". "Ils [les membres du gouvernement, ndlr] nous doivent les infrastructures que tous les autres départements français ont !", avait-il alors asséné.

Un plan d'urgence rejeté

Avant la réunion, prévue ce lundi 3 avril à 16h30, le collectif "Pou La Gwiyann dékolé", qui fédère l'ensemble des mouvements protestataires, a annoncé un durcissement de la mobilisation populaire. Dimanche 2 avril, le plan d'urgence de plus d'un milliard d'euros proposé par le gouvernement a été rejeté.

À lire aussi
Le député Gabriel Serville le 16 juin 2019 à l'Assemblée nationale Guyane
Auteurs antillais rangés au rayon "étranger" : Gabriel Serville écrit à la Fnac

Pour eux, le plan proposé ne permet pas de répondre à l'urgence de la situation dans ce département d'Outre-mer. Il faut dire que les revendications sont nombreuses depuis le début des mouvements sociaux entre préoccupations sécuritaires, sanitaires, éducatives ou encore économiques. 

Le groupe des "500 frères contre la délinquance" demande "tout de suite" 2,5 milliards d'euros pour sortir de la crise.  Une manifestation devrait se tenir, mardi 5 avril, à proximité du site de lancement des fusées Ariane, à Kourou. Pour faire pression sur l'exécutif, Mickaël Mansé a annoncé que la "fusée restera au sol tant que la Guyane ne décollera pas".

Une crainte de pénurie due au blocage du port

Le port guyanais étant bloqué depuis le début des mouvements sociaux, de nombreux containers restent bloqués dans l'enceinte portuaire. Dans les magasins guyanais, les produits frais ont presque disparu des rayonnages, même si pour l'heure les autres rayons ne sont pas encore à court. L'acheminement des denrées par un autre biais n'est pas envisageable puisque l'aéroport de Cayenne est également bloqué, et qu'aucun fret aérien ne peut atterrir. Pour l'heure, aucune pénurie de carburant n'est cependant à craindre puisque le terminal pétrolier se situe dans une zone différente. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Guyane Outre-mer Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787932410
Guyane : où en est la situation, deux semaines après le début des manifestations ?
Guyane : où en est la situation, deux semaines après le début des manifestations ?
ÉCLAIRAGE - Le collectif guyanais a rejeté l'offre de près d'un milliard d'euros proposée par le gouvernement. En retour, un plan d'investissement de 2,5 milliards d'euros est exigé.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/guyane-ou-en-est-la-situation-deux-semaines-apres-le-debut-des-manifestations-7787932410
2017-04-03 15:35:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ynSfc9pFM_ycmV8iCuESAQ/330v220-2/online/image/2017/0403/7787932580_des-manifestants-a-cayenne-le-28-mars-2017.jpg