2 min de lecture Policiers

Grogne des policiers : un mouvement justifié pour 9 Français sur 10

Selon un sondage Ifop pour Atlantico, plus de 90 % de la population française soutient le mouvement de colère des policiers entamé le 17 octobre.

Des policiers manifestant dans la rue à Paris, le 20 octobre 2016
Des policiers manifestant dans la rue à Paris, le 20 octobre 2016 Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Ambre Deharo
Ambre Deharo
et AFP

C'est un soutien d'une ampleur rare qu'a relevé un récent sondage Ifop pour le site Atlantico. Publié le 25 octobre, il révèle que 91 % des Français estiment que le mouvement de grogne des policiers entamé le 17 octobre dernier est "justifié". Une position unanime, peu importe la tendance politique. À droite comme à gauche, les résultats du sondage sont sans appel. Quelque 83 % des sympathisants du Front de Gauche jugent la colère des policiers "tout à fait" ou "plutôt" justifiée, de même que 86 % des sympathisants du Parti socialiste. Les chiffres montent encore d'un léger cran à droite : 94 % des sympathisants du parti Les Républicains, ainsi que 97 % des proches du Front national estiment cette mobilisation justifiée. Sur les 15 dernières années, rares sont les mouvements sociaux qui ont rencontré une telle adhésion du public.

Adhésion (presque) sans précédent

L'institut Ifop a d'ailleurs fait la comparaison avec plusieurs autres sondages de popularité. En 2009 et 2010 lors des mobilisations des éleveurs laitiers puis bovins, mais aussi en 2001, lorsque les policiers s'étaient mobilisés sous le gouvernement de Lionel Jospin après la mort de deux des leurs, plus de 90 % des personnes interrogées avaient affirmé comprendre la contestation. À l'inverse, sur le dossier de la loi Travail, moins de 66 % des sondés estimaient justifiées les mobilisations du printemps dernier. Idem pour les manifestations contre la réforme des retraites de 2008 (43 %), et celles en faveur des régimes spéciaux en 2007 (38 %).

Une grogne qui ne demandait qu'à exploser

Depuis le 17 octobre, les policiers expriment leur colère à l'encontre du gouvernement et demandent de meilleures conditions d'exercice. Cela fait suite à l'attaque aux cocktails Molotov de quatre de leurs collègues de Viry-Châtillon (Essonne), le 8 octobre dernier. Dans un contexte d'état d'urgence où la sécurité est l'un des enjeux majeurs de la société, notamment en lien avec les différents attentats de ces deux dernières années, les forces de l'ordre réclament plus d'effectifs et de moyens matériels ainsi que des peines plus lourdes à l'encontre de leurs agresseurs

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Policiers Colère Sondage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants