2 min de lecture Gilets jaunes

"Gilets jaunes" : à quoi faut-il s'attendre pour le premier anniversaire du mouvement ?

ÉCLAIRAGE - Les "gilets jaunes", qui peinent à mobiliser depuis des mois, ont battu le rappel des troupes pour le premier anniversaire du mouvement social ce week-end.

Des "gilets jaunes" à Chambéry, le 4 mai 2019
Des "gilets jaunes" à Chambéry, le 4 mai 2019 Crédit : JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
William Vuillez
William Vuillez
et AFP

Le mouvement n'est pas terminé. Pour leur un an, les "gilets jaunes" ont appelé à la mobilisation ce week-end du 16-17 novembre. Il y a longtemps qu'un week-end de "gilets jaunes" n'avait pas connu autant d'effervescence : les autorités s'attendent samedi à l'afflux de "plusieurs milliers" de personnes dans la capitale, dont des manifestants radicaux.

Au total, plus de 200 actions, du simple tractage à la manifestation en passant par l'occupation d'un rond-point, ont été programmées tout le week-end selon une liste publiée sur Facebook. Après des mois d'essoufflement, quel sera le retentissement de la mobilisation ?

Le secrétaire d'État à l'Intérieur Laurent Nuñez a reconnu vendredi 15 novembre sur France 2 "un intérêt un peu plus marqué" pour cet anniversaire et a évoqué "un dispositif adapté" du côté des forces de l'ordre.

"On s'attend à un samedi compliqué"

"Il y aura une mobilisation importante mais pas comme celles que nous avons pu enregistrer en décembre ou janvier dernier au niveau national", estime à l'AFP une source sécuritaire, qui précise que "plusieurs milliers de personnes" sont attendues à Paris, dont "200 à 300 ultra-jaunes et de 100 à 200 militants d'ultragauche". 

À lire aussi
Christophe Dettinger, le 20 février 2019, à Fleury-Merogis. Gilets jaunes
Les infos de 6h - Christophe Dettinger : le boxeur va-t-il récupérer la cagnotte Leetchi ce lundi ?

"On s'attend à un samedi compliqué" car les "gilets jaunes" se mobilisent "à la dernière minute pour tenter de détourner notre attention et être dans la surprise", a ajouté cette même source. La préfecture de police de Paris a invité les participants aux manifestations "à se désolidariser des groupes de personnes se masquant et s'apprêtant à commettre ou commettant des violences et/ou des dégradations".

Elle a également établi un arrêté d'interdiction de manifester sur le périmètre des Champs-Elysées et à proximité des lieux sensibles à partir de vendredi 18 heures et jusqu'à dimanche. 

Des barrages prévus aux péages et sur le périphérique

Opposé aux manifestations déclarées, Éric Drouet, l'un des leaders du mouvement, a appelé dans une vidéo en ligne sur sa page Facebook à une "opération escargot" sur le boulevard périphérique à partir de 10h samedi puis sur les Champs-Élysées à partir de 14h.

Ailleurs, des rassemblements sont programmés dans plusieurs grandes villes dont Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes et Toulouse. Des appels à réinvestir les ronds-points, avec ou sans blocages, ont également été lancés à Besançon, Calais, Colmar, Dole, Dunkerque ou Montpellier.

Enfin, des barrages au péage de Virsac (Gironde) sur l'A10, saccagé fin novembre 2018, et au niveau de sorties d'autoroutes sur l'A7 dans le Vaucluse ou sur l'A47 dans la Loire ont aussi été annoncés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Manifestations Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants