1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Florian Philippot : "L'Union européenne, via l'Olaf, veut notre peau"
1 min de lecture

Florian Philippot : "L'Union européenne, via l'Olaf, veut notre peau"

INVITÉ RTL - Le numéro 2 du FN, également eurodéputé, met en cause le rapport de l'Olaf qui accuse le parti d'emplois fictifs.

Florian Philippot, vice-président du Front national
Florian Philippot, vice-président du Front national
Crédit : REVELLI-BEAUMONT/SIPA
Florian Philippot : "L'Union européenne, via l'Olaf, veut notre peau"
06:37
Sophie Aurenche & Vincent Parizot

Marianne et Mediapart ont publié, jeudi 16 février, un rapport de l'Office européen de lutte contre la fraude (Olaf) qui accable le Front national. Le parti de Marine Le Pen aurait salarié Thierry Légier, comme assistant parlementaire en 2009 au Parlement européen alors que celui-ci était encore le garde du corps de Jean-Marie Le Pen. En 2011, Thierry Légier aurait encore été employé comme attaché parlementaire. Un faux bulletin de salaire aurait alors été produit par la présidente du Front national.

Selon ce rapport, la présidente du Front national aurait reconnu les faits devant les enquêteurs. Une information qu'elle a démentie le lendemain. C'est "un mensonge éhonté, je n'ai jamais reconnu quoique que ce soit devant des enquêteurs, d'ailleurs que je n'ai jamais vu", a-t-elle affirmé à France Bleu Besançon.

"Le sujet qu'évoquaient Mediapart et Marianne est totalement faux puisqu'ils évoquent des salaires versés, soi-disant à son assistant parlementaire, alors qu'il s'agit d'une régularisation comptable", explique Florian Philippot, numéro 2 du FN et eurodéputé. "L'argent n'est jamais allé à l'assistant, il est allé à un tiers payant. (...) Tout cela s'est fait en transparence", précise-t-il. 

C'est extraordinaire, les gentils européistes, les gentils fédéralistes, eux, ils ne sont jamais inquiétés"

Florian Philippot

Florian Philippot met en cause l'OLAF, "le bras armé de la Commission de Bruxelles". Il lui reproche notamment de ne pas s'être saisi "quand Martin Schulz, socialiste allemand et ancien président du Parlement européen, a été épinglé pour de très nombreuses irrégularités". Pour Florian Philippot, pas de doutes, l'affaire des emplois fictifs présumés du Front national est avant tout politique.

À lire aussi

"L'Union européenne, via l'OLAF, veut notre peau". Selon lui, seuls le Front national et Ukip, des souverainistes, sont régulièrement "ennuyés" par le Parlement. "Comme par hasard ! C'est extraordinaire, les gentils européistes, les gentils fédéralistes, eux, ils ne sont jamais inquiétés", dénonce avec ironie Florian Philippot.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/