1 min de lecture Agriculture

Finistère : une exploitation contaminée par le virus de la tomate

Le ministère de l'Agriculture a confirmé lundi 17 février la contamination de tomates en serre par le virus ToBRFV, dans une exploitation du Finistère, un virus susceptible d'avoir de graves conséquences économiques pour la filière.

Des tomates (illustration)
Des tomates (illustration) Crédit : AFP / Paul J. Richards
IMG_5140
Sarah Rozenbaum et AFP

"On a reçu les résultats de l'Anses (Agence de sécurité sanitaire) sur les échantillons prélevés dans les serres qui étaient en suspicion dans le Finistère et les résultats sont positifs, elles sont donc bien contaminées par le virus ToBRFV ou 'tomato brown rugose fruit virus'", a-t-on indiqué au ministère. 

Ce virus est particulièrement dangereux pour les plantes poussant en serre car transmissible par les semences, les plants, les fruits infectés et survivant longtemps dans l'air. Il a été observé pour la première fois en Israël en 2014, puis a été trouvé en 2018 sur des cultures de tomates au Mexique, aux États-Unis, en Allemagne et en Italie et enfin en 2019 aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Grèce.

La direction générale de l'Alimentation, qui dépend du ministère de l'Agriculture, a finalement reçu les résultats d'analyses le lundi 17 février, contrairement à ce qu'avait indiqué dans la journée l'Anses qui avait évoqué la date du 24 février.

Le virus peut infecter jusqu'à 100% des plantes

 "L'exploitation concernée a été confinée dans l'attente de la destruction des végétaux et de la désinfection du site dans les plus brefs délais", a-t-on précisé au ministère.

À lire aussi
Un grand hamster d'Alsace sortant de son terrier animaux
Le grand hamster d'Alsace "en danger critique" d'extinction

Selon l'Agence de sécurité sanitaire (Anses), le virus de la tomate peut infecter jusqu'à 100% des plantes sur un site de production. En revanche, il n'a pas d'impact sur l'homme. La diffusion de ce virus sur le territoire national "aurait des conséquences économiques majeures pour la filière mais également les jardiniers amateurs", avait indiqué dimanche 16 février le ministère, alors que l'enquête n'en était qu'au stade de la suspicion.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agriculture Fruits et légumes Virus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants