1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Fermes d'Avenir : une association pour former les demandeurs d'asile à l'agriculture

Fermes d'Avenir : une association pour former les demandeurs d'asile à l'agriculture

REPORTAGE - Durant huit mois, des binômes composés d'un réfugié et d'un non-réfugié sont accueillis dans des exploitations agricoles pour se former à l'agriculture biologique.

Ermias et Samuel en plein travail de la terre dans la ferme
Ermias et Samuel en plein travail de la terre dans la ferme
Crédit : Nicolas Burnens
Fermes d'Avenir : une association pour former les demandeurs d'asile à l'agriculture
04:48
Micro RTL (illustration)
Nicolas Burnens
Animateur

C'est un programme unique en France, pour apprendre un métier et offrir un avenir aux demandeurs d'asile. Il est mis en place par l'association "Fermes d'Avenir". Durant huit mois, des binômes composés d'un réfugié et d'un non réfugié sont accueillis dans des exploitations agricoles pour se former à l'agriculture biologique.

Direction le département de Haute-Vienne, à la Ferme de Chantecaille. C'est une petite ferme, entourée de prairies et d'étangs, au milieu du bocage limousin. Ermias, réfugié âgé de 28 ans, travaille dans les champs. Il retourne la terre, à la seule force de ses bras. Des carottes, des salades, des choux pousseront ici dans quelques mois. La production se fait sans engrais chimiques, ni tracteurs.

Depuis deux mois, avec Samuel, Ermias apprend le maraîchage, en binôme. L'ambiance est détendue, les sourires complices. Originaire d'Erythrée, Ermias a grandi dans une famille paysanne. Là-bas, il cultivait déjà un petit jardin. Sa mère lui a appris les bases du métier. En 2014, il fuit le régime militaire, en passant par le Soudan, la Libye, l’Italie, pour arriver, quatre ans plus tard, en France. Samuel est aujourd'hui fier de l'accompagner dans ce parcours.

Une relation durable et un véritable foyer

Ermias partage depuis plusieurs semaines, le quotidien du couple d'agriculteurs
Ermias partage depuis plusieurs semaines, le quotidien du couple d'agriculteurs
Crédit : Nicolas Burnens

En France, un demandeur d'asile sur dix a des compétences agricoles dans un secteur qui manque de main-d'œuvre qualifiée. Julien Jeauffroy, le propriétaire de la ferme, accueille un réfugié pour la seconde fois. Et dans cette ferme, comme Ermias, les demandeurs d'asile apprennent bien plus qu’un métier. Depuis deux semaines, il partage le quotidien du couple d'agriculteurs, Sandrine et Samuel, et de leurs trois enfants. Dans la cuisine, chaque midi, ils préparent, ensemble, à manger.

À lire aussi

Grâce à Sandrine, la maman, le demandeur d'asile apprend, peu à peu, sa nouvelle vie en France. À la fin de la journée, Ermias rejoint un petit mobil-home, à côté de la ferme, qu'il partage avec Samuel. Après des mois de désespoir et d'errance, Ermias a trouvé ici, un second souffle. Il habitait jusque-là, à Paris, dans un centre d'hébergement. 

Le soir, avec Samuel, Ermias répète ses cours de français, regarde, des films. Il rêve désormais d'avoir sa propre ferme, bien loin du jardin de sa mère. Dans quelques jours, Ermias va quitter la Ferme de Chantecaille pour rejoindre une autre exploitation et achever son apprentissage. Les deux compagnons, devenus amis, ont promis de se revoir.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/