1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Féminicide à Mérignac : "Il faut un contrôle judiciaire", réclame Ernestine Ronai

Féminicide à Mérignac : "Il faut un contrôle judiciaire", réclame Ernestine Ronai

INVITÉE RTL - La responsable de l’Observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis appelle également le gouvernement à s'équiper de 5.000 téléphones grave danger.

Une femme déposant des fleurs devant la maison où a été tuée Chahinez, à Mérignac.
Une femme déposant des fleurs devant la maison où a été tuée Chahinez, à Mérignac.
Crédit : MEHDI FEDOUACH / AFP
Mérignac : "Il faudrait penser un véritable contrôle judiciaire", estime Ernestine Ronai
04:25
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière
Animateur

Depuis le début de l'année, 39 femmes ont perdu la vie sous les coups de leur compagnon. Le prénom de Shahinez vient de s'ajouter à cette triste liste. À 31 ans, cette mère de trois enfants a été brûlée vive mardi 4 mai par son mari qui lui avait d'abord tiré dans les jambes. Un drame survenu alors que la jeune femme avait de nouveau porté plainte au mois de mars. "Il faut que l'on tire des enseignements de cette histoire", estime Ernestine Ronai, responsable de l'Observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis.

"Le premier enseignement est qu'il faut un véritable contrôle judiciaire, un meilleur contrôle social", poursuit Ernestine Ronai. Cette dernière observe "le manque de conscience de la dangerosité des hommes violents", alors que, dans cette affaire, la mère de famille s'était de nouveau rendue à la police après une tentative d'étranglement de la part de son compagnon, condamné pour violences conjugales et sorti de prison en décembre dernier.

Ernestine Ronai milite également pour un déploiement plus important des téléphones grave danger. 1.715 de ces appareils ont été distribués, mais ce nombre n'est pas suffisant pour elle. "J'appelle le gouvernement et la justice à dire qu'il en faut 5.000", clame la responsable de l’Observatoire départemental des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis. Elle rappelle que chez notre voisin espagnol, plus de 10.000 téléphones grave danger sont en service.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/