1 min de lecture Santé

Essai clinique à Rennes : un volontaire avait déjà eu un AVC en novembre

Deux mois avant le décès d’un patient lors d’un essai thérapeutique mené par le laboratoire Biotrial, un participant à l'étude avait déjà été victime d'un accident vasculaire cérébral révèle "Le Figaro".

Le laboratoire Biotrial à Rennes
Le laboratoire Biotrial à Rennes Crédit : David Vincent/AP/SIPA
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

"À ce jour, aucune anomalie, ni clinique, ni biologique, ni à l'IRM, pouvant être en rapport avec l'administration de la molécule et les conditions de l'essai n'a été décelée.", publiait l’Agence du médicament (ANSM) lors de son rapport final du 19 avril sur la mort d’un patient de 49 ans dans le cadre d’un essai thérapeutique à Rennes. Le Figaro révèle cependant qu’un volontaire participant à cet essai clinique mené par le laboratoire Biotrial à Rennes avait déjà été victime d’un accident vasculaire cérébral en novembre 2015.

La quotidien s’appuie sur l’IRM cérébrale d’un patient ayant participé à l’essai thérapeutique en novembre dernier. Cette examen avait été réalisé en mi-janvier, lorsque  tous les volontaires ont été invités à passer une IRM à la suite de l'hospitalisation de Guillaume Molinet, le patient de 49 ans décédé le 17 janvier. Le service de neurologie de l’hôpital de Rennes a alors découvert que ce patient présentait les traces d’un AVC ancien. Lors de sa participation à l’essai thérapeutique, le patient en question avait déjà présenté des "troubles visuels pouvant durer parfois jusqu'à 30 minutes" souligne par ailleurs Le Figaro.

L’examen sur lequel s’appuie Le Figaro ne serait pas connu des gendarmes en charge de l'enquête préliminaire sur l’accident thérapeutique lors de l’expérimentation de la molécule BIA 10-2474, développé par le laboratoire BIAL pour lutter contre des troubles anxieux ou des douleurs liées à des maladies neurologiques. À la fin du mois d’avril, Le Figaro avait déjà révélé que les volontaires de cet essai clinique n'avaient pas été informés de tous les risques, et notamment des lésions observées chez l'animal à qui on a administré la même molécule.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Laboratoire Décès
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants