4 min de lecture La revue de presse

En ce 1er septembre, la rentrée scolaire est dans tous les journaux

Ce jeudi 1er septembre marque la rentrée des jeunes Français, mais aussi du personnel qui les encadre.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot
>
En ce 1er septembre, la rentrée scolaire est dans tous les journaux Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie Guerrier
Marie Guerrier Journaliste RTL

La Principauté prend gout à ce miracle : gagner du terrain sur la mer. Ça représente déjà 20% de son territoire, et un nouveau chantier démarre tout juste. La construction d'un quartier de 6 hectares dans l'anse du portier va coûter 1 milliard d'euros, c’est l'histoire du jour racontée par Le Figaro Économie : 18 caissons en béton armé seront posés sur un remblai sous marin. Chaque caisson pèsera 10.000 tonnes. La réserve naturelle du Larvotto, avec ses daurades et ses mulets, est toute proche. Alors il va falloir commencer par prendre des mesures de protection de l'environnement en déplaçant coquillage et plantes aquatiques. Les grandes nacres et les posidonies.

Concernant la rentrée scolaire, le magazine l'Obs dénonce la pression qui pèse sur les élèves : "Le stress scolaire est devenu une maladie", écrit Matthieu Aron. Il est urgent de poser un diagnostic et reste à trouver l'antidote. Réussir à l'école ne suffit plus. Il faut être meilleur que les autres, une course folle qui fait prospérer les commerçants en soutien scolaire : aujourd'hui à Paris, deux lycéens sur trois suivent des cours particuliers. Un marché de l'angoisse. Une psy raconte qu'elle a reçu un couple qui souhaitait s'assurer avant même son entrée en maternelle que son enfant de 3 ans "fonctionnait bien" !

La contagion d'une angoisse

Le pédopsychiatre Marcel Ruffo parle d'épidémie. À force de stresser nos enfants sur leurs résultats scolaires, nous les mettons en danger. Dans un contexte de montée du chômage et d'angoisse de l'avenir, les parents sont convaincus qu'échouer à l'école, c'est échouer dans la vie. "L'angoisse, c'est comme la varicelle, dit Marcel Ruffo, c'est contagieux". En consultation, il voit de plus en plus d'enfants que l'école rend malades dès le plus jeune âge. Son remède : faire confiance aux enfants, et faire confiance aux enseignants.

À lire aussi
Une plaque à l'entrée de École nationale d'administration, à Strasbourg administration
Suppression de l'ENA : les autres grandes écoles sont inquiètes pour leur avenir

Pour en revenir aux cours particuliers, l'Obs écrit que "les organismes privés surfent sur l'angoisse des familles, rivalisent d'innovations, multiplient les formules". Chiffre d'affaires annuel évalué en France à 2 milliards d'euros. Et l'État participe à cette spirale en mettant en place un système d'exonération fiscale sur le coût des cours particuliers. Mais de plus en plus souvent, il ne s'agit pas de venir en aide à des jeunes qui souffriraient de difficultés scolaires, plutôt d’accroître l'avance de bons élèves désireux d'entrer dans de meilleures filières. L'Obs complète son dossier avec un reportage terrifiant en Corée du Sud où les enfants sont soumis à un rythme d'étude quasiment insoutenable. Heureusement, une plongée dans un collège expérimental normand à Hérouville-Saint-Clair offre une bouffée d'oxygène.

Tous les éditorialistes, ce matin, y vont de leur laïus sur la rentrée. Laurent Joffrin, dans Libération, pose cette question : "Les syndicats de profs seront-ils un jour contents d'un ministre ou d'une réforme ? L'équipe Hollande a mis en oeuvre ce qu'elle a promis, pour l'essentiel. On peut faire mieux (...) Mais enfin, on a avancé (...)", estime l'éditorialiste. La ministre Najat Vallaud-Belkacem mise sur la refondation de l'école à laquelle elle travaille depuis quatre ans, "mais l'ennuyeux dans l'Éducation nationale, écrit Matthieu Verrier dans La Voix du Nord, c'est que les gouvernements successifs élaborent une réforme avant même d'avoir pu mesurer l'efficacité de la précédente."

Emmanuel Macron croit en la refondation de l'offre politique

Dans un entretien exclusif accordé à Ouest France, le ministre démissionnaire explique que "c'est pour construire le projet politique alternatif dont le pays a besoin" qu'il est sorti du gouvernement. Emmanuel Macron ajoute qu'il prend ses responsabilités plutôt que de se réfugier dans le camp des vrais cyniques qui œuvrent en espérant que le président perde. Ils se reconnaîtront.

Nicolas Sarkozy est lui dans Les Échos ce matin pour promettre des baisses massives de charges pour les entreprises, la suppression des charges fiscales sur les emplois à domicile pour les familles et une diminution immédiate de 10% de l'impôt sur le revenu. Autre candidat à la primaire à droite : Bruno Lemaire, dans Le Parisien. Et avec lui on revient sur l'école : il veut augmenter le nombre d'heures consacrées à l'apprentissage du français en primaire, il veut un collège à la carte, et supprimer l'ENA, la grande école de l'administration.

Le patron de Lacoste, lui, n'a pas peur de la rentrée

Parce qu'il a réussi son été, "c'est l'autre gagnant des JO de Rio", écrit le magazine Challenges. La marque au crocodile a habillé l'équipe de France olympique et n'a jamais enregistré de telles retombées. En boutique, rupture de stock de la veste blanche et 100.000 pièces de la collection JO vendues en 2 semaines. Lacoste va franchir cette année le cap des deux milliards d'euros de chiffre d'affaires. Le PDG Thierry Guibert avait choisi, pour ces JO, de mettre le crocodile en bleu blanc rouge. Le logo a fait un tabac. "Nous avons rappelé nos fondamentaux, dit-il, l'élégance sportive et la France". Une façon, aussi, de rappeler que les polos Lacoste sont fabriqués en France, dans l'usine de Troyes, que les nouveaux propriétaires suisses veulent transformer en pôle d'excellence. Le contrat exclusif pour habiller les athlètes français est déjà signé pour les JO d'hiver 2018 et d'été 2020.

Pour le plaisir, les photos de Marc Riboud

Vous en verrez partout au lendemain de la mort du photographe français de 93 ans à la renommée internationale. Il laisse derrière lui des images historiques, témoignages du XXe siècle. "Mon obsession c'est de photographier la vie, tout ce qui bouge", disait-il. On parlait d'école, de parents, de réussite, il y a quelques minutes ; Marc Riboud était ingénieur diplômé de la prestigieuse école Centrale. Mais un jour, il n'est pas retourné à l'usine après des vacances. Il est parti photographier le monde. C'est son père qui lui avait offert son premier appareil photo lorsqu'il avait 14 ans. Le petit Marc était alors le plus introverti des 7 enfants de la famille Riboud.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La revue de presse Rentrée scolaire Éducation nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784689253
En ce 1er septembre, la rentrée scolaire est dans tous les journaux
En ce 1er septembre, la rentrée scolaire est dans tous les journaux
Ce jeudi 1er septembre marque la rentrée des jeunes Français, mais aussi du personnel qui les encadre.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/en-ce-1er-septembre-la-rentree-scolaire-est-dans-tous-les-journaux-7784689253
2016-09-01 10:05:05
https://cdn-media.rtl.fr/cache/nj6PkFRU2MLu_tzjUw8Qsg/330v220-2/online/image/2014/0806/7773614447_marie-guerrier.jpg