2 min de lecture Émeutes

Émeutes en banlieue : "la tension est permanente", affirme un expert

Plusieurs émeutes ont récemment éclaté dans les banlieues françaises. Pour Laurent Mucchielli, sociologue au CNRS, ces événements sont la conséquence d'une "tension permanente" qui règne dans "des quartiers en grande difficulté".

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Émeutes en banlieue : "la tension est permanente", affirme un expert Crédit Image : Pierre RATEAU / AFPTV / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Noé Blouin

Depuis plusieurs semaines, et particulièrement ces derniers jours, on assiste à une flambée de violence dans la grande banlieue parisienne et dans plusieurs villes de France. Dernier fait en date, dans la nuit du 2 au 3 novembre dernier, un chapiteau de cirque a été incendié et des heurts avec les forces de l'ordre ont eu lieu dans une cité de Chanteloup-les-Vignes, dans les Yvelines.

"Il y a tout une série de villes qui ont des quartiers en très grande difficulté, depuis très longtemps, et où la tension est permanente", déclare Laurent Mucchielli, sociologue au CNRS, spécialiste de la délinquance. Une tension qui "oppose classiquement une partie des jeunes de ces quartiers avec les forces de l'ordre, tous ceux qui portent un uniforme", poursuit-il.

Des débordements qui sont loin d'être une nouveauté. Selon notre invité du jour, "c'est depuis les années 80 qu'on parle de ce type de phénomène, on devrait plus s'étonner de la permanence, du fait que c'est toujours là. Mais surtout ne pas faire semblant de le découvrir".

"Dans la jeunesse, il y a des groupes d'âge [...], explique-t-il. Et très régulièrement, il y a le phénomène chez les garçons, des préadolescents [...] qui veulent montrer combien ils sont courageux, valeureux et qui sont prêts à faire des bêtises encore plus grosses que les autres [...], juste par provocation, par défi".

L'impression d'être dans une cocotte-minute

À lire aussi
Un chapiteau a été incendié par une bande, dans la nuit du 2 au 3 novembre à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) Yvelines
Yvelines : ce que l'on sait de l'incendie d'un chapiteau de cirque

Un article de La Croix, paru ce lundi 4 novembre, émet l’hypothèse que des "gilets jaunes" s'infiltreraient dans les banlieues pour mettre le feu aux poudres. "Je n'en ai jamais entendu parler, [...] fondamentalement ça ne me paraît pas être le problème", rétorque Laurent Mucchielli.

"Chanteloup-les-Vignes, j'y ai travaillé il y a encore quelques mois, cette situation était très claire. Les policiers, localement, disaient déjà qu'ils avaient l'impression d'être dans une 'Cocotte-minute', et que ça pouvait repartir au premier incident qui va un peu plus loin que d’habitude. Donc ce n'est pas absolument pas une surprise, il n'y a pas besoin d'une quelconque intervention extérieure, ni d'une surinterprétation des fondamentaux islamistes, [...] pour comprendre cette tension qui est quasi quotidienne".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Émeutes Banlieue Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants