1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Élections régionales 2015 : le risque FN écarté... pour le moment
3 min de lecture

Élections régionales 2015 : le risque FN écarté... pour le moment

REPLAY - Au lendemain du deuxième tour des élections régionales, la presse appelle les élus à prendre leurs responsabilités.

Adeline François
Adeline François
Crédit : Maxime Villalonga
Élections régionales 2015 : le risque FN écarté... pour le moment
04:37
Adeline François

Au lendemain du deuxième tour des élections régionales, Libération titre en Une ce lundi matin 14 décembre "Soulagés mais..." avec la moitié de la tête de Marine Le Pen. Arrivé en tête dans six régions au premier tour, le FN n'a finalement gagné aucune région. Un résultat qui ne rassure qu'à moitié la presse. 

Ce "mais" est en effet dans la plupart des journaux ce lundi matin. Aujourd'hui en France/ Le Parisien titre "Le Front national rate la marche, mais...". "Hier, écrit le journal, les Français ont pris leur responsabilité, ils ont voté en masse. On attend des élus qu'ils prennent les leurs en se réconciliant avec le peuple". "Ce peuple qui a répondu au populisme" titre de son côté La Dépêche du Midi. "Le Sursaut citoyen" écrit L'Humanité.

À l'action pour éviter le pire

"La défense républicaine a sauvé les meubles. Il est temps de passer à l'offensive" écrit Laurent Joffrin dans Libération. Il pourrait bien s'agir d'un dernier avertissement écrit Le Républicain Lorrain : "Soit vous changez, soit vous nous perdrez". Un risque immédiat a été évité. "Mais si l'on ne se pose pas de sérieuses questions pour l'avenir, ce n'est que partie remise",  écrit Guillaume Goubert dans La Croix, le journal catholique qui publie la Une la plus cinglante : le visage de Xavier Bertrand avec ce titre "la défaite pour tous". "Le soulagement est grand parmi les électeurs modérés écrit le journal. Cependant, il ne faudrait pas, que ce soit un 'lâche soulagement'", estime le journaliste en reprenant la formule historique de Léon Blum au lendemain des accords de Munich.  
 
"La gauche et la droite écrit Alexis Brézet dans Le Figaro auraient tort de revenir à leurs petites affaires comme si de rien n'était". "Le FN n'a pas disparu, loin de là" prévient-il. Après avoir fait ouvertement campagne contre Marine Le Pen, La Voix du Nord titre ce matin sur "la victoire des gens du nord",  les mots de Xavier Bertrand, qui s'est imposé contre la présidente du FN. Mais pour l'éditorialiste, "c'est une élection sans vainqueur". Jean-Michel Bretonnier estime ce matin qu'"entendre les électeurs frontistes ne suffira pas, il faudra leur parler".

Le FN gagnant en Languedoc-Roussillon

C'est  la même urgence que formule Patrick Apel-Muller dans L'Humanité : "des certitudes devront être bousculées, des routines abandonnées, des expériences tentées... Mais il ne sera pas possible de rester l'arme au pied". 

"C'est un sursaut pour un sursis" écrit Michel Urvoy dans Ouest France . C'est aussi ce que dit Guillaume Tabard dans Le Figaro : "Rien ne serait pire que de donner le sentiment que tout est redevenu comme avant et que la menace Le Pen a disparu". Le site Slate.fr souligne d'ailleurs que si la France avait gardé 22 régions, le FN en aurait une, le Languedoc-Roussillon, ou louis Alliot est arrivé en tête avec 40% des voix et 4.000 voix d'avance sur la socialiste Carole Delga. 

Un sursaut en Une de la presse étrangère

À lire aussi

La grande perdante de la soirée fait également la Une des journaux étrangers. Marine Le Pen s'affiche en Une du Guardian et du Times de Londres, avec ce titre : "La droite et la gauche tiennent Le Pen éloignée du pouvoir". La patronne du FN fait également la couverture de The Independant avec un joli jeu de mots "Far right falls short", ou "l'extrême droite chute de peu".

En Belgique, Le Soir met aussi en Une la  photo de Marine Le Pen sortant de l'isoloir et titre sur le sursaut national. En Alllemagne, la Une du Frankfurter Allgemeine Zeitung  titre "Le Front national échoue aux régionales françaises". Elle est aussi en Une de tous les quotidiens italiens. "Elle a perdu son pari" titre le Corriere Della Serra, alors que La Reppublicca titre sur un jeu de mots qui évoque le flot de migrants : "La France ferme le flot Le Pen".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/